REDHER - La pluma


Le Brésil en grève : les camionneurs et les ouvriers du pétrole ne marchent plus

Envoyer Imprimer PDF

aut_1509BisLa plus grande économie d’Amérique latine – le Brésil – est au bord de la faillite. Les camionneurs et les ouvriers du pétrole ne sont pas au travail. Les premiers ont fait une grève de dix jours, tandis que les seconds font une grève de 72 heures*. Les deux groupes sont en colère contre le gouvernement de Michel Temer. Ce gouvernement, disent-ils, a mal géré l’économie et commencé à privatiser le secteur crucial de l’énergie. Un haut niveau de conscience politique parmi ces ouvriers les amène à pointer du doigt le gouvernement Temer et sa complaisance vis-à-vis du capital financier international.

"Sans camion le Brésil s'arrête"

Récemment, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a publié une enquête qui vantait l’augmentation d'1% du taux de croissance du Brésil. Mais ce rapport est totalement trompeur. Il ne comprend pas l’économie brésilienne du point de vue du Brésilien moyen.

Les prix des produits de base ont grimpé en flèche. Le taux d’inflation est d’environ 4,2%. Le taux de croissance de l’économie brésilienne est de 0,4%. En d’autres termes, pendant que l’économie est en faillite, les prix augmentent. C’est monstrueux pour les Brésiliens ordinaires. Les prix du carburant ont augmenté de 50%, ce qui a eu un impact sur les prix de denrées alimentaires. Les camionneurs sont en grève à cause de cette flambée des coûts énergétiques. Les ouvriers du pétrole sont en grève pour des raisons similaires. Ils sont en colère contre la mauvaise gestion de la société énergétique brésilienne Petrobras.

Depuis que le gouvernement putschiste de Temer a pris le pouvoir en 2016, l’économie a connu une sérieuse chute. La priorité donnée aux banques internationales a signifié que les dépenses budgétaires du Brésil sont plus axées sur le paiements des intérêts de la dette publique (16%) que sur l’éducation (12%) et les soins de santé (12%). Ce gouvernement n’a pas tenté de repousser les créanciers, n’a pas de volonté politique pour mobiliser des ressources auprès des super-riches parmi les Brésiliens. Le coût de la mauvaise gestion est donc supporté par les travailleurs pauvres.

Prix ​​du pétrole

Le syndicat des ouvriers du pétrole a compris assez tôt que la politique du gouvernement Temer est d’attirer les investissements directs étrangers au Brésil par la privatisation de la compagnie pétrolière nationale. En octobre 2016, le gouvernement de Temer a mis en place une politique de prix qui garantissait que les prix intérieurs seraient indexés sur les prix du pétrole importé. Cette politique est entrée en vigueur en juillet 2017. Cela a entraîné une hausse irrationnelle des prix du pétrole domestique – de 230%, avec l’essence et le diesel augmentant de 50% et le gaz de cuisine de 60%.

C’est ce qui a créé une crise dans le secteur pétrolier. La solution, pour le gouvernement Temer, est la privatisation du pétrole. Les arguments en faveur de la privatisation ne viennent pas du secteur lui-même, mais d’une mauvaise gestion intelligente et délibérée qui livre le secteur à des mains privées. Regardez, dit le ministre du Pétrole, le secteur est en mauvais état. Solution: la privatisation.

Le Brésil est le plus grand producteur de pétrole brut en Amérique latine. La capacité de production de Petrobras est de 2,2 millions de barils par jour, plus que suffisant pour la consommation domestique. La direction a réduit sa capacité de raffinage – à 2 millions par jour – de 70%. Il importe du pétrole à des prix exorbitants pour satisfaire la demande intérieure. Il achète du pétrole étranger à 75 dollars le baril, soit 40 dollars le baril de plus que le pétrole des réserves offshore pré-salifères. Petrobras pendant ce temps exporte son pétrole à l’étranger.

L’importation de pétrole et la mauvaise gestion de Petrobras poussent le gouvernement vers une dérive de privatisation  – d’abord il va remettre les raffineries au secteur privé, puis les pipelines et terminaux et finalement la totalité de Petrobras. La souveraineté du Brésil dans le secteur de l’énergie sera bientôt complètement compromise.

Politique

Les ouvriers savent ce qui se passe. Leur grève est politique. C’est pourquoi le tribunal du travail l’a déclaré illégale. Ils disent que ce n’est pas une grève sur les salaires ou les conditions de travail. La cour a raison. Les ouvriers ont un objectif plus large. Ils croient que le gouvernement putschiste de Temer détruit non seulement leur gagne-pain – pour lequel ils seraient autorisés à faire la grève – mais aussi leur société.

Les ouvriers ne se sont pas présentés au travail sur les plates-formes pétrolières du bassin de Campos ni dans les raffineries de pétrole de l’Amazonie. Les camionneurs ont bloqué les autoroutes. Le secteur de l’énergie contre ce gouvernement alimentera les élections d’octobre. Le principal candidat de l’opposition, Lula du Parti des travailleurs, est en prison. Les ouvriers ont cela à l’esprit quand ils font la grève. Mais l’oligarchie permettra-t-elle au nom de Lula d’être sur le bulletin de vote (pour une discussion complète de la situation au Brésil, voir le dernier dossier de Tricontinental: Institut pour la recherche sociale – Lula and the Battle for Democracy in Brazil (Lula et la bataille pour la démocratie au Brésil)).

Les actions de Petrobras ont chuté non pas à cause de la grève, mais parce que les investisseurs privés craignent que les ouvriers ne forcent le gouvernement à faire machine arrière. Ce qui est bon pour les investisseurs n’est bon ni pour le Brésil ni pour les ouvriers brésiliens. Moody’s, le cabinet d’analyse pour les investisseurs, prévient qu’une « grève prolongée créerait un stress de crédit sévère dans tous les secteurs d’activité ». Moody’s gère un racket de protection pour les argentiers. Ils bénissent les entreprises et les pays qui se plient à la volonté du capital financier. Moody’s punit toute entreprise ou pays qui tente de construire un chemin alternatif. Le crédit peut se tarir comme résultat. Les armées de Moody’s ont aligné leurs tanks autour du périmètre du Brésil. Leurs menaces sont réelles. Temer dit qu’il n’enverra pas de militaires pour chasser les grévistes des autoroutes. Mais le vrai militaire ne viendra pas des casernes. Il vient des gratte-ciel de verre et d'acier vqui abritent les argentiers.

Les ouvriers ont la volonté de rester en grève. Le syndicat a présenté trois revendications fondamentales : le limogeage du directeur de Petrobras (Pedro Parente*), la destitution du président (Temer) et le maintien de Petrobras dans les mains de l’État. Les ouvriers du pétrole ont qualifié leur action de « grève d’avertissement ». C’est un avertissement parce que d’autres sont prévus – un ensemble d’actions politiques en cascade qui mèneront aux élections d’octobre. Impossible de croire que les Brésiliens vont se faire voler leur démocratie sans rien faire.

*Il a démissionné peu après la parution de l'original de cet article [Note de Tlaxcala]

Vijay Prashad

Original: Brazil on strike: truckers and oil workers refuse to cooperate

Traduit par Vlad

Source: Tlaxcala, le 14 juin 2018

Publié par Investig'Action


 

 
Plus d'articles :

» Les escadrons de la mort continuent d'agir impunément en Colombie, tandis que que les USA se voilent la face

Presque quotidiennement, nous sommes bombardés par des « informations » sur des problèmes au Venezuela. Et de fait, problèmes il y a, par exemple des pénuries de nourriture et de médicaments, et une inflation galopante. Mais quelque...

» Les femmes zapatistes, rebelles par excellence

Dans les montagnes du sud-est du Mexique, les femmes zapatistes mènent leur propre lutte. Deux d’entre elles, appartenant à des générations différentes, partagent un bout de leur histoire. Leurs récits montrent les progrès vers...

» 2018: La contre-révolution libérale règne à Quito

Deux arguments qui ont contribué, au niveau mondial, à montrer sous un jour positif la « Révolution Citoyenne » en Équateur, ont été  les décisions du président Rafael Correa et de son gouvernement d’octroyer l’asile...

» 4 ans de pouvoir de Modi en Inde: "vikas" (développement), un slogan creux

Ce que vikas signifie pour le BJP, c'est que ses alliés, tels les Adani *, devraient être libres de gagner de l'argent. L'Inde de Modi ne peut imaginer un avenir. Elle est enracinée dans une version hideuse du passéIl est impossible de passer à...

» La Colombie à la croisée des chemins

Résultats du premier tour de l’élection présidentielleLes Colombiens étaient appelés aux urnes ce dimanche 27 mai pour le premier tour de l’élection présidentielle.Sont arrivés en tête Ivan Duque, avec 39,1% (7 569 693 voix),...

» Paraguay : Frente Guasú, PLRA et mouvement populaire

Avant la fin de son mandat, qui s’achève le 15 août, le président Horacio Cartes a voulu rendre hommage à Israël en allant personnellement inaugurer la nouvelle ambassade du Paraguay à Jérusalem le 21 mai. Les observateurs politiques...

» Un documentaire sur les liens entre Palestiniens au Brésil et dans leur pays occupé

Caractérisé par une forte diversité ethnique et culturelle, le Rio Grande do Sul abrite aujourd'hui des milliers d'immigrés palestiniens et leurs descendants. Les communautés issues de la Nakba -mot arabe signifiant catastrophe ou désastre-...

» Ne m’appelez plus Radio France… Courrier au médiateur

Courrier au médiateur  Le service public de radiodiffusion et de télévision français a-t-il pour vocation d’informer les citoyens ou d’être le porte-parole de l’opposition vénézuélienne ? La question est posée tant...

» Éditorial La Pluma et Tlaxcala: À propos de certains de nos doutes

Les Colombiens vont élire un nouveau président le 27 mai, ou le 17 juin, en cas de deuxième tour, les Mexicains le 1er juillet, les Brésiliens en octobre. Entretemps, les Vénézuéliens viennent de réélire le leur.

» Élection présidentielle du 20 mai 2018 entretien avec l'ambassadeur du Venezuela en France

A quelques jours de l'élection présidentielle au Venezuela le 20 mai 2018, retrouvez l'entretien accordé, à Initiative Communiste, par Héctor Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France, et Léon Landini, président du PRCF. Un entretien...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui6708
mod_vvisit_counterHier18264
mod_vvisit_counterCette semaine24972
mod_vvisit_countersemaine précedente117872
mod_vvisit_counterCe-mois-ci402583
mod_vvisit_countermois précedent607817

We have: 235 guests online
Ton IP: 54.224.255.17
 , 
Aujourd'hui: 25 Jui 2018