REDHER - La pluma


Ce que le footballeur Mohamed Salah dit de l’Égypte actuelle

Envoyer Imprimer PDF

aut_6102BisLe 26 mai 2018, lors de la finale de la Ligue des champions opposant Liverpool au Real Madrid, Mohamed Salah a été blessé. Toute l’Égypte a frémi pour son joueur préféré qui risquait de ne pas participer à la Coupe du monde de football qui s’ouvre le 14 juin à Moscou. Car Salah fait l’objet d’un véritable culte, lié aux combats que son pays affronte depuis de nombreuses années.

L’histoire de Mohamed Salah est très connue de ses fans les plus ardents. « Des haillons à la richesse »1, le conte du petit enfant pauvre qui grandit dans le gouvernorat de Gharbiya et devient le « chouchou » du football national résonne à travers l’Égypte avec les espoirs de tant de jeunes au profil similaire. Cet espoir et cette attente en un avenir meilleur ont été révélés par la révolution de 2011 dans des manifestations qui ont drainé des millions d’Égyptiens pour faire tomber le régime autoritaire de l’ex-président Hosni Moubarak. Aujourd’hui, dans un contexte où un désespoir palpable se répand en tous lieux et où la répression est plus féroce encore sous le président Abdel Fattah Al-Sissi qu’elle ne l’était sous Moubarak, Salah émerge comme un phare lumineux de persévérance, de lutte et de réussite.

Le capital social lié au nom même de Salah est devenu immense en Égypte, où son image est utilisée pour commercialiser tout et n’importe quoi, des boissons non alcoolisées au lancement d’une ligne de téléphonie publique contre les drogues. Ça n’est pas une nouveauté. Héros de la nation et icônes publiques — des figures révolutionnaires aux acteurs ou actrices célèbres — ont depuis longtemps été utilisés pour commercialiser des produits. Récemment, une publicité de la firme téléphonique britannique Vodafone a détourné un célèbre slogan : « Nous sommes tous des Khaled Said », adopté pour commémorer la mort en 2010 d’un jeune homme tombé victime des violences policières, et qui fut salué comme l’une des étincelles de la révolution de 2011. Dans une référence évidente pour tous, Vodafone a lancé une campagne publicitaire sous le slogan : « Nous sommes tous des Mohamed Salah ».

Les révolutions qui ont surgi au Proche-Orient et au Maghreb en 2011 ont été largement écrasées. Mais l’engouement populaire pour Salah diffuse quelque chose d’autre. Certes, en 2011, les enjeux socio-économiques et politiques ont clairement constitué les motifs des soulèvements arabes. Mais la démographie des manifestants elle-même a révélé une dynamique plus profonde parmi ceux qui appelaient au changement. Les révolutions de 2011 étaient également générationnelles. Très au-delà des quelques rues qui entouraient la place Tahrir, des jeunes femmes et des jeunes hommes défiaient le conservatisme de leurs parents pour tenter de créer de nouvelles identités progressistes ; ils rompaient avec leurs rôles traditionnels pour s’engager dans de nouvelles carrières, de nouvelles perspectives.

Décider par soi-même

Cette dynamique générationnelle a vu la population se détacher de nombre de ses vieux héros pour regarder du côté des jeunes figures qui bâtissent leur propre succès. Salah en est un des exemples les plus saillants, mais on en trouve d’autres dans la musique, le cinéma et ailleurs. Très longtemps, la scène culturelle égyptienne avait été occupée par des acteurs, des musiciens et des artistes dont la notoriété avait commencé des décennies plus tôt, avant même que la majorité de la population du pays ne soit née2. Symboles de la stagnation de la culture populaire durant les années Moubarak, leurs visages ne changeaient jamais. Or, depuis 2011, ils ont été remplacés par des artistes plus jeunes, qui ont commencé de se faire une place sous les projecteurs.

Aux yeux des Égyptiens, Salah incarne une des nouvelles conditions induites par les révolutionnaires (des printemps arabes) : le droit de choisir, de changer d’avis, et enfin de suivre des itinéraires différents. Salah a changé d’avis. Il a cherché des alternatives footballistiques, il est passé d’un club à l’autre dans sa carrière jusqu’à trouver la place qui lui convenait pour parvenir au sommet. Bien sûr, il le doit à son talent ; mais aussi au fait qu’il a opté pour la première des libertés : celle de décider pour lui-même.

Un portrait de Mohamed Salah sur le mur de la terrasse d'un café au Caire, le 30 avril 2018. Khaled Desouki/Getty Images

Le sport a toujours constitué une force motrice dans ce qui galvanise l’Égypte. Salah est la plus grande star sportive de ce pays dans la période récente, ce qu’il doit pour beaucoup à son succès international, mais il n’est pas l’unique héros à avoir émergé du football égyptien. L’équipe nationale a connu de nombreux succès sur le plan régional, et à ce jour elle détient le record de victoires dans la Coupe africaine des nations (CAN). Avant l’avènement de Salah, Mohamed Abou Treika a été le favori national, menant l’Égypte à trois de ses sept victoires à la CAN. Fêté comme un héros, il était révéré pour sa fidélité à son pays, car il a refusé de partir à l’étranger malgré les comparaisons flatteuses dont il faisait l’objet avec les meilleurs footballeurs de son époque, tels Zinedine Zidane ou Patrick Vieira.

Le sport est politique

En raison de sa capacité d’inspiration et de mobilisation, le sport, en Égypte comme partout ailleurs dans le monde, est intrinsèquement politique, comme l’est aussi la renommée de ses stars. Dans son pays, Salah en est le nouveau chouchou. Son prédécesseur Abou Treika vit en exil, isolé de sa patrie et désormais qualifié de « terroriste » — pour avoir fait « l’infâme » salut à quatre doigts lors d’un match de football local en 2014, afin de manifester sa solidarité avec les personnes tuées lors du massacre de Rabia al-Adawiya l’année précédente, la plus vaste tuerie de civils perpétrée par l’actuel régime après son coup d’État en juillet 20133.

Le président Abdel Fattah al-Sisi et son ministre de la Jeunesse et des Sports Khaled Abdel-Aziz avec Mohamed Salah en janvier 2017, lorsque le footballeur a fait don de 269 000 dollars au Fond Tahya Masr (Vive l’Égypte), créé par al-Sisi après sa prise de pouvori et manquant otalement de transparence.

Lors d’une récente prise de bec avec l’Association du football égyptien (EFA) portant sur les termes d’un accord privé de publicité signé par Salah et sur l’accord de sponsoring de l’équipe nationale signé par l’EFA — un conflit rapidement résolu de manière équitable — Salah s’en est pris non seulement à une bureaucratie publique très mal gérée, pour rester poli, mais même à l’appareil sécuritaire. Une bataille publicitaire a été lancée par une simple erreur des services secrets, qui sont propriétaires de Presentation Sports, la société qui détient les droits de vente du sponsoring de l’équipe nationale. Elle les a opposés à l’opérateur public égyptien de téléphonie mobile WF, et a eu d’immenses répercussions dans l’opinion publique. Alors que la première réponse de Salah dans cette bataille est restée très humble, dans le droit fil du comportement qu’adopte généralement ce très respectable jeune homme, l’opinion s’est enflammée sur les réseaux sociaux. L’affaire a obligé l’EFA et le ministère de la jeunesse et des sports à se rétracter à plusieurs reprises, et elle a fini par nécessiter une intervention du président lui-même.

Personne au-dessus de l’État ?

Car la querelle entre les protagonistes ne portait pas uniquement sur une image apposée sur un avion qui aurait contrevenu à un accord de sponsoring. On l’a bien vu dans la manière dont elle s’est spectaculairement conclue, au détriment de l’autorité publique formellement la plus respectée du : l’armée. Car durant la bataille, plusieurs généraux ont déclaré publiquement que Salah était toujours redevable dans son pays de ses obligations militaires. Il s’agissait là d’une menace non voilée pour obliger Salah à renoncer à ses prétentions, dans la perspective de la Coupe du monde en Russie. La réaction de l’opinion publique a été viscérale, et Salah lui-même a dès lors refusé de se taire. Sans surprise, la menace d’enrôler Salah sur-le-champ fut retirée aussi vite qu’elle était apparue.

Les dirigeants égyptiens ont longtemps bridé les personnalités par trop populaires, pour s’assurer que personne n’apparaisse jamais plus important que l’État. Dans la plupart des cas, les menaces, les procès et mises à l’amende (mesure généralement réservée aux hommes d’affaires) ont garanti que les victimes finissent par succomber silencieusement au régime en place. Mais Salah est un franc-tireur. Certes, il menace le pouvoir et sa puissance grâce à son talent. Mais il n’a aucune aspiration politique, il n’a même jamais exprimé la moindre opinion politique (et visiblement, il n’en a pas). Non, il constitue une menace parce qu’il est complètement indépendant de l’État, comme l’est également l’adulation dont il fait l’objet. Pour chaque jeune Égyptien, Salah est la preuve vivante que personne n’a besoin de l’État pour subsister, ou pour réussir.

Ainsi Salah est-il l’antithèse du message que Sissi tente depuis cinq ans d’imposer à son opinion publique : nous devons tous travailler ensemble pour améliorer la situation du pays, nous ne sommes rien sans l’État et sans l’armée, et nous ne subsistons qu’en vertu de son bon vouloir et de sa compassion à notre égard en tant que peuple. Or, Salah est devenu une star mondiale grâce à son seul mérite, sans que l’État n’intervienne ni ne lui apporte le moindre soutien. Et la plupart des Égyptiens n’oublient pas qu’il a été initialement rejeté par l’un des plus célèbres clubs égyptiens, le Zamalek du Caire, lorsqu’il n’était encore qu’un jeune talent naissant4 .

De plus, la perspective d’être associé à la renommée de Salah n’est pas seulement attractive pour les cadres dirigeants égyptiens. Que Salah ait connu un tel succès à Liverpool, dans un club plongé au cœur du débat politique il y a plusieurs décennies par la tragédie d’Hillsborough5 n’est pas une coïncidence. Hillsborough est devenu en Grande-Bretagne le moment fondateur de la bataille politique contre la corruption au sein de la police et contre le « classisme » (les tribunes qui s’étaient effondrées étaient celles où s’amoncelaient, debout, les détenteurs des billets les moins chers, pour beaucoup de jeunes ouvriers et chômeurs). Il aura fallu 27 ans et quatre enquêtes pour finir par démontrer que la police avait agi de manière illégale, tant dans son incapacité à empêcher la tragédie que dans ses tentatives ultérieures de couvrir ses faillites.

Partir, la seule voie pour réussir

La personnalité de Salah, sa foi et son arrière-plan — un jeune Arabe nommé Mohamed, à l’image de « bon musulman » qui pratique sa foi ouvertement et ne passe pas son temps à faire la fête comme beaucoup de ses congénères, un homme charitable et gentleman qui vit en famille — ont été montrés en exemple encore et encore par de nombreuses sources, y compris par les autorités du football britannique dans un Royaume-Uni post-Brexit qui connait des tensions croissantes envers les immigrés.

Son succès envoie tout de même un message à la jeune population égyptienne, qui dépasse les 60 millions (sur 95 millions d’Égyptiens au total), pour un âge moyen de 24 ans. Ce message, c’est que pour réussir, il faut quitter le pays. C’est là un sentiment fréquemment exprimé dans la rue. L’Égypte elle-même est sans espoir, et le seul moyen de retrouver l’espoir est de partir pour reconstruire ailleurs. À l’époque de l’idole Abou Treika, sa fierté nationaliste était un sujet de célébration, car il avait rejeté les nombreuses sollicitations qui lui avaient été présentées durant sa carrière pour jouer à l’étranger, choisissant à l’inverse de rester fidèle à Al-Ahly, la meilleure équipe de club du pays (et premier club d’Afrique avec huit victoires en Coupe des champions). Mais à l’époque où vit Salah, partir est devenu la seule voie pour réussir.

Des milliers de jeunes s’y sont déjà engagés. Et ils sont des millions à en rêver sans en avoir les moyens. Cependant, malgré le désespoir, le rêve d’un jeune homme qui a grandi dans leur propre arrière-cour et qui est devenu le footballeur le plus populaire au monde a la capacité de nourrir une génération dans ce pays pour des décennies. Le pouvoir de Salah dépasse la vitesse de ses pieds pour dribbler les défenseurs et aller marquer des buts spectaculaires : c’est l’espoir qu’il apporte à une génération, les rêves qu’il inspire aux jeunes et la croyance qu’eux aussi ont le droit d’avoir leurs propres rêves.

NDLR

1  « From rags to riches », formule désignant des romans sur la réussite sociale popularisés par l’écrivain américain Horatio Alger.

2 En 2017, 52,5 % de la population égyptienne avait moins de 25 ans.

3 Après le coup d’État militaire du 3 juillet 2013, qui porte au pouvoir le général Al-Sissi, deux sit-in d’opposants s’installent au Caire sur les places al-Nahda et Rabia al-Adawiya. Les manifestants refusant la dispersion, les forces tirent sur eux le 14 août. Selon le ministère de l’intérieur égyptien, 638 personnes sont tuées (595 manifestants et 43 policiers). Selon l’Alliance anti-coup d’État de l’époque et les Frères musulmans, les morts parmi les manifestants s’élèveraient à 2 600. Depuis, le « salut à quatre doigts » (le pouce refermé dans la paume, les quatre autres doigts redressés) est un symbole d’adhésion à l’opposition, que le régime assimile à une adhésion aux Frères musulmans.

4 Il ne s’agit pas là d’un phénomène exclusivement égyptien. Originaire de Metz, Michel Platini fut rejeté à 17 ans par l’équipe de sa ville pour « manque de coffre ». Et Zidane fut renvoyé à 16 ans d’un stage de formation en Algérie pour performance banale… Comme pour les artistes, la liste est longue des sportifs dont le potentiel a été contesté avant d’éclater au grand jour. 

5 Le 15 avril 1989, l’effondrement d’une tribune suite à un mouvement de foule dans le stade d’Hillsborough, à Sheffield, où s’affrontaient le Liverpool FC et le club de Nottingham Forrest en demi-finale de la Coupe d’Angleterre avait fait 96 morts et 766 blessés.   

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_18575.jpg

Lors de la dernière élection présidentielle, plus d'un million d'électeurs ont barré les noms des deux candidats et inscrit le nom de Mohamed Salah sur leurs bulletins

Selim Mohie سَلِيم محى

Original: Mohamed Salah and the power to inspire dreams

Traduit par Sylvain Cypel

Souce : Tlaxcala, le 9 juin 2018


 
Plus d'articles :

» L'Argentine annule un match amical de foot avec Israël à Jérusalem

L’équipe de football de l’Argentine devait jouer un match amical au Teddy Stadium de Jérusalem, emplacement qui abritait autrefois un village palestinien.L’équipe nationale de football de l’Argentine a annulé un prochain match amical...

» Ouane, tou, tri, Viva Al-Sissi! Le dernier feuilleton tragi-comique égyptien

En regardant le défilé des salopards ventripotents, certains rasés de près, d’autres amplement barbus, les uns en costume bleu-pétrole et cravate assortie, les autres en uniformes kaki, qui remplissent les écrans de télévision mondiaux...

» Égypte : retour sur un carnage

C'est l'attaque la plus meurtrière qu'ait connue l'Égypte dans son histoire récente. Le bilan est lourd : 305 morts dont 27 enfants, et 128 blessés, selon les autorités égyptiennes.En ce vendredi 24 novembre 2017, alors que les fidèles...

» Égypte : les souffrances du Sinaï

La péninsule est devenue une pépinière du terrorisme. Cet article datant du mois de mars dernier explique comment et pourquoi, ce qui permet d'éclairer le contexte du récent massacre de la mosquée Al Raouda. [NdE]   Après des...

» Argentine, le chaos du schiste

Mémoire des luttes publie, avec l’autorisation de l’auteur, un chapitre de l’ouvrage . Dans ce reportage haletant, Grégory Lassalle nous plonge dans l’univers destructeur du schiste.

» L'Égypte court droit dans le mur, et les dirigeants occidentaux font tout pour l’y aider

Abdelfattah Al Sissi, l’ancien général et chef des renseignements militaires, préparé par le ministre de la Défense du président Moubarak pour lui succéder à ce poste stratégique,  a préféré prendre  le contrôle de la...

» Macron-Sissi : les Rafale ont coulé les droits humains

Reçu par le président Macron à l’Élysée le 24 octobre, le chef de l’État égyptien affiche un bilan catastrophique en matière de droits de l’homme. Sans que  le président français ne s’en émeuve.La colère...

» Malgré la répression en Égypte, Macron déroule le tapis rouge pour Al Sissi

La France accueille en grande pompe, dès mardi 24 octobre, le président égyptien Abdelfattah al-Sissi, attendu à Paris pour de multiples rencontres. Pourquoi le gouvernement français entretient-il des relations aussi étroites avec un dirigeant...

» Qu’est-ce qui se cache derrière l’accord Hamas-Fatah ?

Le vif intérêt de l’Égypte à l’arbitrage du conflit entre les factions palestiniennes du Hamas et du Fatah, n’a rien à voir avec une prise de conscience soudaine.Le Caire a, en fait, joué un rôle tout à fait destructeur en manipulant...

» Israël, Turquie et Égypte: entre hydrocarbures et géopolitique

Les chroniques de SapirLes réserves sous-marines d’hydrocarbures du Bassin du Levant sont l’objet de nombreuses convoitises. Jacques Sapir a voulu en savoir plus et s’est entretenu à ce sujet avec Renaud Bouchard, doctorant sur les fonds...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui9757
mod_vvisit_counterHier40148
mod_vvisit_counterCette semaine49905
mod_vvisit_countersemaine précedente143061
mod_vvisit_counterCe-mois-ci275171
mod_vvisit_countermois précedent467347

We have: 370 guests online
Ton IP: 54.225.57.230
 , 
Aujourd'hui: 20 Auo 2018