REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Monde


Google admet collaborer au programme illégal US d’assassinats par drones

Envoyer Imprimer PDF

aut_6027BisDans une autre étape importante de l'intégration de la Silicon Valley au complexe militaire et de renseignement, la société mère de Google, Alphabet, a confirmé qu'elle avait fourni des logiciels pour identifier les cibles utilisées dans le programme illégal d’assassinats par drones du gouvernement américain.

Depuis le lancement de son programme d'assassinats par drones en 2009, les États-Unis affirment avoir tué près de 3.000 «combattants» dans des frappes de drones. Les documents militaires internes montrent que pour chaque personne ciblée par une frappe de drone, neuf passants sont tués, ce qui signifie que le nombre de victimes de la campagne américaine de terrorisme aérien au Yémen, en Somalie, en Afghanistan, au Pakistan et en Irak s’élève potentiellement à des dizaines de milliers.

Selon l'American Civil Liberties Union (Association américaine pour la défense des droits individuels), «un programme de meurtres ciblées loin de tout champ de bataille, sans inculpation ni procès, viole la garantie constitutionnelle d'une procédure régulière. Il viole également le droit international, en vertu duquel la force létale peut être utilisée en dehors des zones de conflit armé seulement en dernier recours.»

La complicité de Google avec le programme de meurtres par drones implique la société dans les activités criminelles de l'armée américaine, suscitant l'indignation parmi les employés après que les cadres ont admis la collaboration dans une note interne la semaine dernière, selon un reportage de Gizmodo.

Sensible à la fois aux ramifications juridiques potentielles de ses actions et à l'hostilité aux guerres criminelles américaines à l'intérieur et à l'extérieur de l'entreprise, Google a souligné dans une déclaration que sa collaboration «est uniquement destinée à des buts non-offensifs» expliquant que «la technologie signale des images pour l’analyse humaine».

Mais ce prétexte absurde et peu sérieux, visant à fournir des arguments à des médias non critiques et contrôlés par l'État, est l'équivalent du chauffeur d’un véhicule de fuite de la mafia qui prétend ne pas être complice du meurtre parce qu'il n'a pas appuyé sur la gâchette.

Le gouvernement américain a revendiqué le droit d'utiliser des drones pour assassiner des citoyens américains n'importe où dans le monde, y compris à l'intérieur des frontières des États-Unis. En 2011, l'administration Obama a assassiné Anwar al-Awlaki, un citoyen américain, avec une frappe de drone Predator au Yémen, puis assassiné son fils de 16 ans, Abdulrahman al-Awlaki, dans une autre frappe de drone deux semaines plus tard.

Le partenariat de Google dans de telles opérations odieuses lui fait encourir la menace non seulement de sanctions juridiques dans le monde entier, mais aussi de graves répercussions commerciales. La décision de l'entreprise de poursuivre cet engagement malgré ces dangers souligne le rôle de plus en plus vital des contrats militaires dans les opérations commerciales des géants de la technologie.

Le ministère de la Défense a dépensé au moins 7,4 milliards de dollars en programmes d'intelligence artificielle l'année dernière et devrait dépenser encore plus cette année, une grande partie de cette somme étant reversée à des sociétés comme Alphabet (Google), Amazon et Nvidia dont les programmes d’intelligence artificielle dépasseraient la capacité interne du Pentagone.

Au cours de l'année écoulée, Google, Facebook et Twitter ont tous annoncé des mesures pour censurer l'information que leurs services présentent aux utilisateurs, en favorisant des organes de presse «qui font autorité» et sont «fiables» aux dépens de ceux qui proposent des points de vue «alternatifs» révélant et dénonçant les crimes de guerre américains. Facebook, qui a été la plus ardente dans sa détermination à censurer sa plate-forme, a fait savoir explicitement qu'elle s'attendait à ce que l'engagement des utilisateurs diminue suite à son déclassement de vidéos «virales» et sa promotion de sources d'information «fiables», comme le New York Times.

Comme ces entreprises s'attendent à une baisse de la demande des consommateurs parce qu’elles imposent des mesures de censure de plus en plus restrictives, les contrats de défense lucratifs sont un moyen d'améliorer leurs résultats et d'aligner leurs intérêts financiers avec les opérations de guerre et de répression de l'État américain.

Les géants de la technologie ont décidé d'imposer des mesures de censure en même temps que le Pentagone a conclu qu'il s'est retrouvé dans une «course aux armements en Intelligence Artificielle», comme l'a dit le Wall Street Journalce mois-ci. Devant la montée économique rapide de grandes puissances militaires, telles que la Russie et la Chine, qui sont capables de développer et de mettre en œuvre de nouvelles technologies sans le lourd désavantage logistique des innombrables guerres, déploiements à l'étranger et opérations de déstabilisation engagés par les États-Unis, les planificateurs militaires américains ont tiré la conclusion que la seule façon de conserver l'avantage militaire américain dans les conflits futurs est d'intégrer la Silicon Valley dans la machine de guerre.

Le Pentagone a conçu la stratégie dite du «Troisième rééquilibrage» pour vaincre la «menace cadencée» de la Chine en se concentrant sur «des systèmes d'apprentissage autonomes, une prise de décision collaborative homme-machine, des opérations humaines assistées, des systèmes pilotés-autonomes de pointe», ainsi que «des armes autonomes intégrées en réseau» comme l'a récemment décrit The Economist dans l'article de couverture d'un numéro intitulé: «La prochaine guerre».

Cette stratégie s'articule autour du recrutement du secteur technologique privé américain, qui reste le plus développé au monde. Comme l'a dit The Economist, les États-Unis «continuent de dominer le financement commercial de l’intelligence artificielle et comptent plus d'entreprises travaillant dans ce domaine que n'importe quel autre pays».

S'exprimant lors d'une conférence l'an dernier, le colonel Drew Cukor, chef du «Project Maven», dans lequel Google est un collaborateur clé, a déclaré que les États-Unis étaient en pleine «course aux armements de l’intelligence artificielle», ajoutant: «Beaucoup d'entre vous auront remarqué qu'Eric Schmidt appelle maintenant Google une société d'intelligence artificielle, pas une entreprise de données».

Il a ajouté: «Il n'y a pas de "boîte noire" qui offre le système d'intelligence artificielle dont le gouvernement a besoin... Des éléments clés doivent être assemblés ... et la seule façon de le faire est avec des partenaires commerciaux».

Afin de rationaliser l'échange réciproque entre la puissance de calcul des géants de la technologie, les capacités d'intelligence artificielle et la base de données massive de données utilisateur sensibles et le budget pratiquement illimité de l'armée américaine, le Pentagone a établi une série de partenariats avec la Silicon Valley. En 2015, le Pentagone a mis en place un instrument de financement privé-public connu sous le nom de DIUx (Unité d’innovation expérimentale de la Défense), dont le siège est situé à quelques minutes du campus principal de Google à Mountain View, en Californie.

Eric Schmidt et Ash Carter se rencontrent au Comité consultatif d’innovation du ministère de la Défense en 2016

En 2016, le Pentagone a mis en place une entité appelée Defense Innovation Advisory Board (Comité consultatif d’innovation du ministère de la Défense), visant à «apporter l'innovation technologique et les meilleures pratiques de la Silicon Valley à l'armée américaine», présidé par nul autre que l'ancien président de Google, Eric Schmidt.

L'automne dernier, Schmidt se plaignait de la réticence de ceux qui travaillaient dans le secteur technologique à collaborer avec le Pentagone, déplorant le fait qu’ «il existe une inquiétude générale dans la communauté technologique que le complexe militaro-industriel utilise leurs produits pour tuer les gens».

Mais au-delà de l’exploitation des capacités de l'intelligence artificielle des géants de la technologie pour guider les missiles et sélectionner les victimes, le secret de polichinelle de la collaboration du Pentagone avec Silicon Valley est que, dans les coulisses, de vastes quantités de données personnelles sensibles sont probablement transmises au Pentagone et agences de renseignement à des fins de surveillance et de ciblage.

Comme le lieutenant-général John Shanahan, qui est étroitement impliqué dans le Projet Maven, l’a expliqué lors d'une conférence l'année dernière: «À l'autre bout de l'échelle, vous voyez Google. Ils ne nous disent pas ce qu'ils ont, sauf si quelqu'un de Google veut me chuchoter à l'oreille plus tard.»

L'intégration de sociétés comme Google dans ce qui était auparavant connu sous le nom d'appareil de renseignement et de l’armée crée un vaste système de répression étatique jusque-là inconnu dans l'histoire de l'humanité. La préparation pour un conflit entre grandes puissances exige, comme le dit la stratégie de défense nationale récemment publiée par le Pentagone, «l'intégration homogène de multiples éléments du pouvoir national: la diplomatie, l’information, l’économie, la finance, le renseignement, la police et l’armée».

La censure et la surveillance sont la pierre angulaire de ce nouveau lien entre l'armée, la technologie et le renseignement. Alors que les États-Unis se préparent à mener des guerres «chaudes» contre des armées «de même calibre» comme la Russie et la Chine, la montée interne du sentiment anti-guerre sera combattue par la censure de masse, aidée par l'intelligence artificielle, accompagné de profilage politique basé sur les messages circulant sur les médias sociaux. 

Andre Damon

Original: Google admits collaboration with illegal US drone murder programTraductions disponibles : Español 

Source : Tlaxcala, le 31 mars 2018


 
Plus d'articles :

» De Facebook à Policebook

Mercredi, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a publié une déclaration sur des plans extraordinaires de la société de médias sociaux pour surveiller tous les affichages et messages de ses utilisateurs, pour censurer le journalisme indépendant...

» Syrie : un menteur nommé Macron

C’est devenu une habitude : le godelureau de l’Elysée fait le paon au château de Versailles. Brasseur d’air inusable, le freluquet fait des phrases, il pérore dans le vide. Comme un télévangéliste, il brandit de grands mots tout en...

» La guerre commerciale : ce n'est pas le commerce, c'est la guerre

La logique historique veut que les pays, en particulier les grandes puissances économiques, ne procèdent pas à des changements politiques spectaculaires à moins qu'il n'y ait une crise en cours dont ils veulent désespérément sortir ou qu'un...

» La drôle de guéguerre commerciale de Donald

Des sueurs froides parcourent l’échine d'Angela Merkel. La guerre commerciale lancée par Donald Trump pourrait affecter l'Allemagne, très instable. Vu les raisons alléguées par Donald pour déclarer la guerre, USA  pourraient la...

» Le bluff pétrolier de Trump contre l'Iran vient des décennies trop tard

Trump utilise tout ce qu’il peut pour mener une guerre économique contre l’Iran. Son problème est que « tout ce qu’il peut » est loin d’être suffisant, car le monopole virtuel des USA s’est évaporé depuis longtemps.La...

» L'accord final proposé par Jared Kushner pour la Palestine dépouillerait son peuple de toute dignité

Après trois guerres israélo-arabes, des dizaines de milliers de morts palestiniens et des millions de réfugiés, Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens se contenteront de cash ?N’y aura-t-il pas de fin à d’humiliation des...

» Qui a trahi le camp de la paix en Colombie ?

Voir en fin d’article l’intégralité des résultats des élections 2018Comme cela est encore proche, comme cela semble déjà loin… Le 15 juin 2014, au terme du second tour de l’élection présidentielle, Juan Manuel Santos était réélu...

» Les 12 commandements des USA à l’Iran :Il n’y manque que " En l’Évangile tu croiras!"

« Nous les écraserons », « nous ne permettrons pas que... », ou « Le régime iranien doit savoir que ce n’est que le commencement », tels sont les termes et le ton utilisés le 21 mai par Mark Pompeo,...

» Des déserteurs sur les barricades : les GI US anti-guerre dans le Paris de Mai 1968

Max Watts (Tomi Schwätzer, 1928-2010) a fui les nazis à Vienne avec ses parents et sa sœur en 1938, et quitté les USA pour éviter d’avoir à se battre en Corée au début des années 1950. À  Paris dans les années 1960, il a servi de...

» Guerre économique ou «guerre absolue»

Dans le texte précédent « Impérialisme contre super-impérialisme [] », nous avons soutenu que, en désindustrialisant le pays, le super-impérialisme étasunien avait affaibli la puissance des USA en tant que nation. Le projet...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

 

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui11222
mod_vvisit_counterHier16662
mod_vvisit_counterCette semaine62025
mod_vvisit_countersemaine précedente98905
mod_vvisit_counterCe-mois-ci286056
mod_vvisit_countermois précedent485122

We have: 222 guests online
Ton IP: 54.80.7.173
 , 
Aujourd'hui: 18 Juil 2018