REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Amérique latine


Scénario préélectoral colombien : une compétition idéologiquement centripète et territorialement centrifuge

Envoyer Imprimer PDF

Capture_Ava_Gomez_Amlcar_Salas_OronoÀ un peu moins de quatre mois de l’élection présidentielle en Colombie, le scénario électoral - qui sera le prochain occupant du palais de Nariño ? – reste flou.

Sur le plan idéologique, les discours des candidats se sont tous fait centristes ces derniers mois et leurs propositions sont très similaires : le résultat reste donc une inconnue, d'autant plus qu’il dépendra aussi du poids respectif au niveau de chaque circonscription des mécanismes territoriaux du vote, avec la dispersion que cela implique en termes de facteurs décisifs d'une élection.

Par conséquent, toute spéculation sur les candidats ayant le plus de chances semble encore prématurée, principalement pour deux raisons: d'une part, les candidats n'ont pas été testés au préalable (certains le feront aux élections législatives et d'autres pas directement jusqu'au moment de l'élection présidentielle); d'autre part, les messages "négatifs" sur les candidats ont été rares, car jusqu'à présent – à quelques exceptions près - le ton entre candidats a été plutôt cordial et diplomatique, dans un climat où une bonne partie de la sympathie des médias en 2017 a été pour le candidat Germán Vargas Lleras.


C'est en considérant ces variables que les données de la récente enquête d'Invamer, sur les intentions de vote recueillies du 25 au 29 janvier 2018, doivent être relativisées; Gustavo Petro arrive en tête (23,5%), suivi de Sergio Fajardo (20,2%), Germán Vargas Lleras (15,06%), Humberto de la Calle (11%) et Ivan Duque (9,2%). La mesure ne prend pas en compte, par exemple, la capacité territoriale de leurs machines électorales - ou du moins ne les pondère pas - ni ne projette les candidats dans leur dimension nationale, relativement à leur présence dans tout le pays, et non dans une circonscription particulière , comme ce peut être le cas, par exemple, de G. Petro lui-même.

La forte volatilité du contexte oblige toutefois à rester prudent quant aux affirmations précises sur les possibilités de chaque parti politique ou coalition, puisque, pour le moment: (1) plusieurs candidats continuent à tester des formules, comme les libéraux, chez qui Clara Lopez serait candidate à la vice-présidence de Humberto de la Calle; et (2) les élections législatives de mars définiront plus clairement la force des machines électorales au niveau régional, en provoquant d’ultérieurs repositionnements de certains «leaders» communautaires qui pourraient s’inscrire dans des schémas différents pour la course à la présidence.

En termes d'appareil électoral, les circonstances et les points de départ sont très différents selon les candidats, et donc aussi les profils que ceux-ci peuvent développer. Il est clair que, par exemple, G. Vargas Lleras « s’amarre » dans la politique régionale non seulement avec son groupe Cambio Radical (Changement radical), mais, comme résultat de son travail comme vice-Président, il a aussi réussi à mettre dans sa poche plusieurs caciques musclés de la région caraïbe et des leaders du Parti de la U et du Parti conservateur. Mais en même temps cela a empêché Vargas Lleras d’ établir des propositions politiques claires ou cohérentes et fondées (comme cela a été mis en évidence plus d’une fois), la seule chose claire restant qu’il s’identifie toujours plus avec l’uribisme et son message de Non à la paix, tamisé avec un halo de - avec le message de l'Uribismo de No to Peace, tamisé par un halo de tiédeur qui permet à Juan Manuel Santos de continuer à parler de lui comme d’un fidèle et bon ami [1].

Le manque de propositions est également observable chez les uribistes, soucieux de renforcer dans les élections primaires le canidat choisi par Uribe, Iván Duque, qui jusqu'à présent ne décolle dans les sondages et ne convainc pas du tout les barons de son propre parti. Le remplacement d’Alvaro Uribe a été la maladie endémique du Centre démocratique, bien que les mécanismes territoriaux et la légitimité des décisions de son chef permettent que la fragilité de la candidature de substitution n’influe pas sur sa capacité à mobiliser le vote au niveau territorial, avec un potentiel projeté de 28%. Il est donc probable qu’Ivan Duque n’ira pas au-delà d'une répétition du sempiternel discours de la sécurité sans sortir des marges établies avec tant de zèle par Uribe pour fidéliser son électorat, et qui semblent « politiquement opportunes » à un moment où le désarmement des FARC n’a pas provoqué une meilleure perception de ce thème par les citoyens, bien au contraire. Il faudra voir dans quelle mesure la "déconstruction de l’uribisme" par la voie judiciaire finira par affecter cet espace.

Au sein de cette frange du spectre idéologique, l’engrenage des machines électorales, huilé par le clientélisme territorial et la pêche aux voix en échange de privilèges politiques, a un nouveau facteur déterminant qui peut jouer en sa faveur: la force acquise ces dernières années par les églises évangéliques en tant que facteur politico-électoral. La mobilisation du vote spirituel peut être la clé pour changer l'équilibre des forces entre ces deux options de droite, en tenant compte de la force dont elles ont fait preuve lors du référendum de 2016; conscients de cela, aussi bien Duque que Vargas Lleras ont fait plusieurs tentatives d’approches de quelques-uns des pasteurs ayant le plus d’influence électorale [2] .

De d'autre côté, outre le fait que l'engagement pour une « Colombie Humaine » a eu un impact intéressant comme proposition politique - au-delà du faible écho qu’elle a eu dans les grands médias - , Gustavo Petro (en tête des intentions de vote selon le sondage cité plus haut) semble être un pas en arrière en termes la structure organisationnelle par rapport à la « Coalition pour la Colombie », dont le candidat Sergio Fajardo - connu pour avoir été maire de Medellin et le gouverneur de sa province, Antioquia - pourrait représenter l'unité entre le Parti vert et le Pôle démocratique alternatif (PDA), ainsi que d'autres secteurs. Fajardo, grâce à un traitement généreux de la part des médias privés, a été gonflé comme l'alternative correcte du progressisme modéré. Son discours est le typique "attrape-tout" ou "Ni-Ni", et c’est sur la base de cette image qu’il a progressé ces derniers mois. Il reste à voir si cette situation ne va pas le desservir et si la fonction qu’il remplit pour le moment - être le candidat de contention des candidats progressistes et de centre-gauche, alors qu’il provient de la droite régional d’Antioquia et a des liens étroits avec son patronat - ne finira pas par liquéfier sa position.

Au milieu de ces options, deux candidatures connaissent, la première, une courbe descendante et la seconde, une courbe ascendante. Humberto de la Calle, même s’il a un peu revitalisé son image après sa « victoire » aux primaires libérales grâce à son art de jouer le jeu des médias et à l’élan donné par l’accompagnement de Clara Lopez, est en train de perdre espace et possibilités après son changement d'axe discursif, de plus en plus éloigné de la symbolique de son rôle de négociateur des accords de paix. Piedad Cordoba, de son côté, nourrit des espoirs grâce à deux avancées : elle réduit son image négative construite et historiquement stigmatisée par les médias et elle atteint progressivement une projection nationale à force de se concentrer sur une campagne centrée sur un discours qui tranche avec celui des élites politiques colombiennes traditionnelles.

D'ici le premier tour de l’élection présidentielle du 27 mai de cette année (et il y aura certainement un second tour le 17 juin), on peut espérer que plusieurs éléments et circonstances de changement apparaitront. Et si c’est le cas, ils viendront du jeu entre un fort conditionnement (centrifuge) territorial du recueil de voix par circonscription et le pari de construire un discours modéré sur le plan politique (centripète), mais qui remplisse les attentes fondamentales au cœur de la démocratie colombienne, marques contemporaines son système politique.

Notes

[1] http://www.eltiempo.com/politica/gobierno/santos-califica-a-german-vargas-lleras-de-leal-y-buen-amigo-y-le-responde processus -above-paix de-141800

[2] https://www.elespectador.com/elecciones-2018/noticias/politica/la-nueva-disputa-por-los-votos-cristianos-articulo-733714

Ava Gómez Daza  Amílcar Salas Oroño

Original: Escenario pre-electoral en Colombia 2018: una competencia ideológicamente centrípeta y territorialmente centrífuga

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : Tlaxcala, le 23 février 2018


 
Plus d'articles :

» Élection présidentielle du 20 mai 2018 entretien avec l'ambassadeur du Venezuela en France

A quelques jours de l'élection présidentielle au Venezuela le 20 mai 2018, retrouvez l'entretien accordé, à Initiative Communiste, par Héctor Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France, et Léon Landini, président du PRCF. Un entretien...

» Le Venezuela socialiste et la propagande occidentale

L'auteur dresse un panorama accablant des médiamensonges dominants dans la presse francophone canadienne,tout comme dans le reste de la presse francophone, anglophone, hispanophone, bref occidentalophone...-Tlaxcala

» Venezuela: Je refuse d´être une victime de désinformation médiatique. Signez la pétition !

Le 20 mai 2018, les électeurs vénézuéliens seront de nouveau appelés aux urnes où quatre opposants à la politique de Nicolas Maduro tenteront de lui ravir la présidence. Cette élection sera supervisée par 2000 observateurs des cinq...

» Venezuela : je refuse d´être pris pour une cible médiatique

L’élection présidentielle au Venezuela aura lieu le 20 mai 2018. Cette convocation du peuple aux urnes sera l´occasion de demander aux citoyens qu´ils fassent un choix sur le futur de leur pays, sous la forme la plus souveraine et...

» Lula pour les débutants. Un parallèle entre l'histoire du Brésil et l'histoire de son plus grand leader historique

Un parallèle entre l'histoire du Brésil et l'histoire de son plus grand leader historique« Le Brésil n’est pas pour les débutants », a pu dire Tom Jobim [] avec son impitoyable poésie. Comprendre le fonctionnement du pays...

» Brésil: l’incarcération de Lula réactive le coup d'État "made in USA" de 2016

Après un procès soldé par une condamnation à 12 ans d’emprisonnement de l'ancien président Inácio Lula da Silva, dans lequel les preuves et les témoins de la défense ont été rejetés par les juges du TRF-4 [Tribunal régional fédéral]...

» Aurora Muriente : « Porto Rico demeure sous domination coloniale »

L’activiste portoricaine explique les raisons pour lesquelles la lutte indépendantiste veut se débarrasser du joug étasunien. Aurora Muriente Pastrana, est membre du Mouvement indépendantiste national Hostosien de Porto Rico (MINH), une...

» Brésil: Violence et haine de classe

Quel lien peut-on établir entre l'assassinat de la conseillère Marielle Franco et les poursuites  pénales contre Lula? Comment lier la destitution illégitime de Dilma Rousseff et l’intervention militaire dans les favelas? Quels liens y...

» Brésil : L’état d’exception est la règle générale Entretien avec Felipe Paiva

« Si le programme de transformation sociale avait été menée à bien, nous n’en serions plus au même point qu’au départ, nous aurions fait un petit pas en avant. » Entretien avec le chercheur Felipe Paiva, doctorant en Histoire à l'UFF...

» Brésil : le PSOL de Marielle, histoire d’un parti de gauche

Pendant quinze jours, les journaux et télévisions européens ont braqué leurs projecteurs sur le Brésil, pour commenter l’assassinat de Marielle Franco, une militante du PSOL, qui était devenue, à Rio de Janeiro, le symbole de la lutte pour...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui8523
mod_vvisit_counterHier13225
mod_vvisit_counterCette semaine21748
mod_vvisit_countersemaine précedente134636
mod_vvisit_counterCe-mois-ci428166
mod_vvisit_countermois précedent526014

We have: 185 guests online
Ton IP: 54.224.151.24
 , 
Aujourd'hui: 21 Mai 2018