REDHER - La pluma


Gaviria Ocampo : "Près de 40 % du budget de la Colombie dilapidés en guerre et dette"

Envoyer Imprimer PDF

Capture_Jerome_Duval_William_Gaviria_OcampoBisJérôme Duval entretien avec William Gaviria Ocampo

L’économiste colombien William Gaviria Ocampo dresse une description alarmante de la situation qu’affronte le peuple colombien suite à la négociation de paix entre le gouvernement et la guérilla des FARC-EP

William Gaviria Ocampo est un économiste et universitaire colombien. Il fait partie du mouvement syndical du pays et depuis plus de 30 ans dirige le syndicat UNEB des employés de banques (Unión Nacional de Empleados Bancarios). Il est par ailleurs "fiscal nacional" (contrôleur du respect des statuts) de la Fédération colombienne des syndicats du secteur bancaire (Federación Colombiana de Sindicatos Bancarios, Fenasibancol). Ces organisations font partie du réseau du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM) et de la Plateforme pour l’audit citoyen de la dette publique en Colombie.

William_Gavria_Ocampo

William Gaviria Ocampo

Jérôme Duval : Quelle est la situation du peuple colombien au regard de la satisfaction des besoins essentiels ?

William Gaviria Ocampo : La Colombie a été un pays privilégié en Amérique latine car c’est un des pays les plus riches en biodiversité, ressources naturelles et production de matières premières dans le monde. C’est un pays qui possède des ressources suffisantes pour offrir une qualité de vie excellente à toute sa population. Cependant, c’est aussi un pays qui a été historiquement pillé et soumis à l’Empire et aux pays qui ont tenu une position dominante sur le reste des pays du Sud. Situation qui a contraint la Colombie à ne pas garantir une qualité de vie digne à sa population. Au contraire, les gouvernements qui se sont succédé au pouvoir durant ces cinquante dernières années ont mis en place des mécanismes pour obtenir un accès aux crédits et assurer le paiement de la dette.

Ils ont aussi imposé une politique monétaire et fiscale restrictive à l’encontre de la population, ce qui a rendu le dépouillement des plus démunis exorbitant et la concentration des richesses scandaleuse. Selon la Banque mondiale, entité qui multiplie l’accès aux crédits pour continuer à saigner les plus pauvres, la Colombie occupe la honteuse et aberrante deuxième place en Amérique latine pour l’inégalité.

Combien représente le budget national de la Colombie et quelle est l’évolution de la partie dédiée aux forces armées et à la dette vis-à-vis des services sociaux essentiels ?

Le budget de la Colombie pour 2018 est de 235,6 milliards de pesos, ce qui équivaut à près de 80 milliards de dollars. Un quart de ce montant, 59,1 milliard de pesos (20 milliards de dollars), est destiné au service de la dette publique interne et externe, alors que, dans le même temps, 31,6 milliards de pesos, quelques 11 milliards de dollars, sont destinés aux dépenses militaires. Près de 40 % du budget colombien sont ainsi dilapidés en guerre et en dette.

Il semble paradoxal qu’après avoir souscrit un accord de paix avec la guérilla des FARC, le gouvernement colombien continue d’augmenter le budget pour les dépenses militaires. Si l’objectif de cet accord était réellement la paix, ce budget devrait être considérablement inférieur, afin de dédier une quantité plus importante de ressources à l’éducation, à l’enfance, la santé et autres besoins fondamentaux. Cependant, si on observe l’entièreté du budget, à titre d’exemple, on remarque que pour le secteur agricole, par rapport à l’année 2017 qui comptait 2,9 milliards de pesos, le budget a été réduit de 20,5 % pour 2018, car seulement 2,3 milliards de pesos y seront alloués (soit environ 793 millions de dollars). Montant clairement insuffisant pour garantir la restitution des terres et réparer les dommages causés aux victimes qui ont perdu leurs terres et friches à cause du déplacement forcé causé par la guerre.

Il semble évident qu’à la suite de l’accord, il faudrait que l’État investisse davantage pour dynamiser économiquement le secteur productif dans les campagnes, ce qui permet de conclure que le processus de paix du gouvernement ne garantit pas l’inclusion ou la justice sociale dans un État soi-disant démocratique comme la Colombie.

Quelle a été l’évolution de la dette ces dernières années ?

Tout d’abord, il faut expliquer qu’historiquement la Colombie a augmenté sa dette de façon presque géométrique. Entre 1976 et 2006, la dette de la Colombie a doublé tous les dix ans : en 1976, elle s’élevait à environ 3,6 milliards de dollars, puis atteignait 7,2 milliards de dollars en 1986 ; en 1996, elle dépassait 16 milliards de dollars et en 2006, elle franchissait les 36 milliards de dollars.

En conséquence de la crise désastreuse de 1998, la dette de la Colombie a pratiquement doublé en à peine plus de cinq ans : elle atteignait 72 milliards de dollars en 2011 et a atteint les 124 milliards de dollars en 2017, ce qui prouve qu’en moins de 10 ans, la dette extérieure de la Colombie a triplé. Le service de la dette extérieure actuelle représente 40 % du PIB, une situation inquiétante car, malgré des dépenses annuelles d’environ 20 milliards de dollars pour le remboursement de la dette, celle-ci croît à un rythme galopant. La Colombie est confrontée à une crise progressive dont elle ne sortira pas à court terme.

Que penser du panorama colombien dans le contexte postérieur à l’accord de paix en ce qui concerne son fonctionnement ?

Le conflit armé qui s’est étendu de 1964 à l’an dernier, entre les forces régulières de l’État et les FARC, s’est détérioré dans les années 1970 parce que des groupes paramilitaires ont été créés sous les auspices de l’État par le biais de ses forces régulières et grâce au soutien financier et militaire de nombreux hommes d’affaires colombiens et des élites. Le conflit a dégénéré en une guerre fratricide pour laquelle tous les gouvernements successifs ont dépensé entre 20 et 40 % des budgets annuels depuis les années 1960, augmentant l’endettement extérieur et, depuis les années 1990, l’endettement intérieur également.

Afin que la population accepte le processus de paix avec les FARC, le gouvernement a toujours fait valoir qu’à la fin du conflit armé, le budget de la guerre serait considérablement réduit, libérant des ressources pour l’investissement social. Mais le budget pour 2018 montre que ce poste est encore en hausse : 59,1 milliards de pesos (20 milliards de dollars) ; et, en même temps, le gouvernement lui-même dit que la mise en œuvre du processus post-conflit coûtera 80 milliards de dollars pour les dix prochaines années. Cela contribuerait à dynamiser et à renforcer chacun des secteurs afin d’assurer que l’agriculture et l’industrie soient renforcées pour améliorer l’emploi et l’éducation parmi tous les facteurs nécessaires à une paix viable et durable. Cela permet de penser que le niveau d’endettement pourrait augmenter d’environ 10 milliards de dollars par an et que la politique budgétaire sera plus restrictive, ce qui entraînerait une augmentation du fardeau fiscal qui touchera la population la plus pauvre de la Colombie.

Cette brève description de la situation colombienne nous permet d’affirmer que la dette extérieure de 124 milliards de dollars aujourd’hui, pourrait passer à 220 milliards de dollars dans les dix prochaines années, parce qu’aux besoins en ressources pour la période post-conflit, il faut ajouter l’argent nécessaire pour garantir d’autres investissements pour le bien-être de la population et le développement du pays. Ainsi, la dette extérieure augmenterait d’environ 100 milliards de dollars dans les 10 prochaines années. Alors, nous devons nous demander qui paiera la dette ? Et la réponse est élémentaire : les gens, qui seront les victimes de la vague de réformes structurelles que le gouvernement va imposer et a d’ailleurs déjà commencé à imposer depuis deux ans.

Jérôme Duval Жером Дюваль جيروم دوڥال pour La Pluma


Editée par María Piedad Ossaba


Traductions disponibles: Español


Source : CADTM

Entretien publiée dans le journal espagnol El Salto


 
Plus d'articles :

» Éditorial La Pluma et Tlaxcala: À propos de certains de nos doutes

Les Colombiens vont élire un nouveau président le 27 mai, ou le 17 juin, en cas de deuxième tour, les Mexicains le 1er juillet, les Brésiliens en octobre. Entretemps, les Vénézuéliens viennent de réélire le leur.

» Élection présidentielle du 20 mai 2018 entretien avec l'ambassadeur du Venezuela en France

A quelques jours de l'élection présidentielle au Venezuela le 20 mai 2018, retrouvez l'entretien accordé, à Initiative Communiste, par Héctor Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France, et Léon Landini, président du PRCF. Un entretien...

» Le Venezuela socialiste et la propagande occidentale

L'auteur dresse un panorama accablant des médiamensonges dominants dans la presse francophone canadienne,tout comme dans le reste de la presse francophone, anglophone, hispanophone, bref occidentalophone...-Tlaxcala

» Patrice Lumumba : à Bruxelles, une place contre l’oubli

Depuis plus de dix ans, des associations revendiquaient, dans la capitale belge, un espace public au nom de l’ancien Premier ministre du Congo assassiné. Jérôme Duval et Robin Delobel, du CADTM, racontent comment c’est devenu le cas.

» Venezuela: Je refuse d´être une victime de désinformation médiatique. Signez la pétition !

Le 20 mai 2018, les électeurs vénézuéliens seront de nouveau appelés aux urnes où quatre opposants à la politique de Nicolas Maduro tenteront de lui ravir la présidence. Cette élection sera supervisée par 2000 observateurs des cinq...

» Venezuela : je refuse d´être pris pour une cible médiatique

L’élection présidentielle au Venezuela aura lieu le 20 mai 2018. Cette convocation du peuple aux urnes sera l´occasion de demander aux citoyens qu´ils fassent un choix sur le futur de leur pays, sous la forme la plus souveraine et...

» Lula pour les débutants. Un parallèle entre l'histoire du Brésil et l'histoire de son plus grand leader historique

Un parallèle entre l'histoire du Brésil et l'histoire de son plus grand leader historique« Le Brésil n’est pas pour les débutants », a pu dire Tom Jobim [] avec son impitoyable poésie. Comprendre le fonctionnement du pays...

» Chassée du Gabon, Veolia saisit une nouvelle fois l’arbitrage international

Le Gabon, après vingt ans de privatisation de son eau et son électricité au profit de Veolia, vient de décider de se débarrasser unilatéralement de la multinationale française. S’il est difficile d’établir les torts respectifs de Veolia...

» Brésil: l’incarcération de Lula réactive le coup d'État "made in USA" de 2016

Après un procès soldé par une condamnation à 12 ans d’emprisonnement de l'ancien président Inácio Lula da Silva, dans lequel les preuves et les témoins de la défense ont été rejetés par les juges du TRF-4 [Tribunal régional fédéral]...

» Aurora Muriente : « Porto Rico demeure sous domination coloniale »

L’activiste portoricaine explique les raisons pour lesquelles la lutte indépendantiste veut se débarrasser du joug étasunien. Aurora Muriente Pastrana, est membre du Mouvement indépendantiste national Hostosien de Porto Rico (MINH), une...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui9118
mod_vvisit_counterHier17130
mod_vvisit_counterCette semaine39473
mod_vvisit_countersemaine précedente134636
mod_vvisit_counterCe-mois-ci445891
mod_vvisit_countermois précedent526014

We have: 308 guests online
Ton IP: 54.162.184.214
 , 
Aujourd'hui: 22 Mai 2018