REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Amérique latine


#MeToo, version colombienne : Claudia Morales, un droit au silence qui fait un bruit assourdissant

Envoyer Imprimer PDF

aut_2BisElle a un visage d’une beauté angélique qui semble tout droit sorti d’une fresque de Giotto ou d’un portrait de Raphaël : à première vue, Claudia Morales ne fait pas son âge, mais dès qu’elle commence à parler, on se rend compte qu’on est face à une femme mûre. À  48 ans, cette journaliste colombienne a déjà derrière elle une carrière de trois décennies dans les médias officialistes les plus divers. Ce n’est pas une dissidente, ni une féministe.

Quand on l’écoute, on sent que cette fille de militaire a reçu une éducation catholique qu’elle semble avoir su surmonter. Bref, tout sauf une enragée du MLF.  Elle vient de lancer une bombe qui risque d’avoir un effet dévastateur sur l’oligarchie colombienne, qui exerce sa dictature tranquille – et séculaire – avec  un aplomb proprement hallucinant, qu’aucune guérilla, aucune révolte populaire n’est de fait parvenue à ébranler. Un des modes de gouvernement des humains pratiqué par cette oligarchie – comme par toutes les oligarchies, de la Belgique à l’Inde – est le contrôle brutal des corps : ceux des femmes, ceux des enfants, et aussi ceux des hommes. Alors que les scandales qui se sont succédé ces dernières années en Colombie – le réseau de prostitution de jeunes cadets dans la police, le viol et l’assassinat d’une petite fille par un rejeton de la gentry bogotane, les cas de pédocriminalité ecclésiastique – ont laissé les puissants pervers imperturbables.

Le vernis vient de se craqueler grâce à un article publié par Claudia Morales dans le quotidien El Espectador le 19 janvier, intitulé Le droit au silence. Elle y raconte calmement, simplement, comment elle a été violée par son chef dans sa jeunesse, sans préciser quand. Et elle explique qu’elle ne le dénoncera jamais, ne dévoilera pas son identité, revendiquant son « droit au silence ». Sous son masque de calme et de maîtrise de soi, on sent son émotion profonde, que trahit une erreur dans son texte : elle se donne 44 ans alors qu’elle en a quatre de plus.

Dès la parution de sa chronique, cette demi-révélation a fait un bruit énorme dans tout ce que la Colombie compte de médias et de moyens de communication. La plupart des réactions et commentaires tournaient autour de la possible identité de celui que Claudia a appelé « El » (Lui) et dit qu’elle continuera à nommer ainsi. On s’est donc mis à décortiquer le CV de la journaliste pour faire une liste des chefs qu’elle a eu dans ses divers postes, dans la presse écrite, audiovisuelle et…comme attachée de presse internationale, basée aux USA , de l’alors président Alvaro Uribe en 2003-2004. Elle avait alors 34-35 ans. Mais Uribe n’est pas le seul président pour lequel elle a travaillé : elle a commencé sa carrière à TV Hoy, dirigé par Andrés Pastrana, actuel leader du Parti conservateur  et président du pays de 1998 à 2002. Elle a poursuivi sa carrière au journal La Prensa, dirigé par Juan Carlos, frère d’Andrés. Les deux frères sont les fils de Misael, qui fut président de 1970 à 1974, et leur famille appartient à la plus pure oligarchie créole depuis deux bons siècles.

Mais les yeux de tous les commentateurs se sont évidemment tournés vers Alvaro Uribe, l’anti-héros par excellence de la politique colombienne. Est-ce lui qui a violé Claudia Morales quand elle était son attachée de presse aux USA et vivait donc à l’hôtel ? D’après son article, le viol s’est en effet produit à l’étranger et dans sa chambre d’hôtel. Uribe, grand expert en diffamation et en menaces – à prendre très au sérieux car elles ont souvent été mises à exécution – a évidemment immédiatement démenti, précisant qu’il avait « toujours été décent avec les femmes ». Lui-même avait défrayé la chronique il y a un an et demi, lorsqu’il avait accusé le journaliste, devenu youtubeur, Daniel Samper Ospina,  le neveu d’un de ses concurrents historiques, l’ex-président Ernesto Samper, de viol d’enfants. Bref, la dénonciation de Claudia Morales s’inscrit-elle dans la guerre des clans qui déchire l’oligarchie colombienne en cette année électorale ?  Claudia Morales roule-t-elle pour le président Santos, dont le poulain aura comme principal concurrent celui de son ancien chef et ami Alvaro Uribe, qui a tout fait pour couler l’accord de paix conclu avec les FARC-EP à La Havane ? L’intéressée a répondu qu’elle n’aurait aucune raison pour cela, vu que quand elle avait besoin de la protection de Santos, il ne l’a pas défendue (j’avoue ignorer à quoi elle fait allusion).

Pourquoi donc Claudia Morales refuse-t-elle de nommer son violeur, autrement dit de « balancer son porc » ? La raison principale qu’elle invoque est celle-ci : sur les plus de 18 000 plaintes pour viol déposées en 2017 en Colombie, 90% ont été classées sans suite et elle n’a aucune preuve à fournir sur cet épisode. De plus, elle a, dit-elle, définitivement réparé les dégâts provoqués par cet acte criminel, grâce à des thérapies et surtout à l’amour de sa famille. Ce qui a motivé son article a été le cas de Marcela Gonzalez, une femme qui, après avoir dénoncé un viol par son mari, « un pseudo-journaliste » nazi, le 27 décembre dernier, s’est rétractée quelques jours plus tard et a subi pour cela toutes sortes d’attaques. « Moi aussi », écrit Claudia Morales, « j’aurais aimé que Marcela poursuive sa plainte, qu’elle ne vive plus avec son agresseur, et qu’elle commence une nouvelle vie dans un environnement social aimable. Mes craintes se mettent en mouvement quand je l’imagine en danger et que je désire que ça ne finisse pas mal pour elle ». Elle poursuit : « Mais qui sommes-nous pour la juger ?  Que savons-nous d’elle ? Qui, parmi ceux qui opinent contre elle, connaît son environnement familial ? Une campagne comme #Me Too devrait servir à conscientiser sur l’individualité des êtres, les nuances de l’existence, les différences culturelles et, pourquoi pas, à défendre la validité du silence pour lequel certains d’entre nous optent. Les lynchages collectifs, quand il s’agit d’un être qui a été victime d’abus, font souffrir,  découragent la dénonciation et remplissent beaucoup de personnes de honte. »

Les services du procureur de la République ont fait leur devoir et ouvert une enquête à partir de la semi-dénonciation de Claudia Morales. Celle-ci va sans doute maintenir son « droit au silence » quand elle sera interrogée. Mais le pavé qu’elle a jeté dans la mare ne cessera pas de sitôt de faire des vagues. Si d’autres personnes abusées suivent son exemple en dénonçant un viol subi sans nommer son fauteur, les soupçons qui se porteront sur les possibles « Lui » se donneront libre cours tous azimuts. Ces messieurs de l’oligarchie colombienne vont peut-être réfléchir à deux fois avant de se jeter sur leur prochaine victime.

Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : Tlaxcala, le 25 janvier 2018

Traductions disponibles: Español


 
Plus d'articles :

» Le Venezuela socialiste et la propagande occidentale

L'auteur dresse un panorama accablant des médiamensonges dominants dans la presse francophone canadienne,tout comme dans le reste de la presse francophone, anglophone, hispanophone, bref occidentalophone...-Tlaxcala

» Venezuela: Je refuse d´être une victime de désinformation médiatique. Signez la pétition !

Le 20 mai 2018, les électeurs vénézuéliens seront de nouveau appelés aux urnes où quatre opposants à la politique de Nicolas Maduro tenteront de lui ravir la présidence. Cette élection sera supervisée par 2000 observateurs des cinq...

» Venezuela : je refuse d´être pris pour une cible médiatique

L’élection présidentielle au Venezuela aura lieu le 20 mai 2018. Cette convocation du peuple aux urnes sera l´occasion de demander aux citoyens qu´ils fassent un choix sur le futur de leur pays, sous la forme la plus souveraine et...

» Lula pour les débutants. Un parallèle entre l'histoire du Brésil et l'histoire de son plus grand leader historique

Un parallèle entre l'histoire du Brésil et l'histoire de son plus grand leader historique« Le Brésil n’est pas pour les débutants », a pu dire Tom Jobim [] avec son impitoyable poésie. Comprendre le fonctionnement du pays...

» SUD-Santé AP-HP. Un étudiant de Tolbiac dans un état grave : Rumeur ou mensonge d’Etat ?

"A l’évidence on nous ment !"Alors que la préfecture continue à nier les violences de l’évacuation de Tolbiac, et continue à affirmer qu'il n'y a aucun blessé, même léger, Sud Santé AP-HP interpelle M. Hirsch directeur général de...

» 1968. Ils commémorent, on recommence... Sur ordre de Macron les CRS évacuent et occupent La Sorbonne

Les flics ont donc à nouveau piétiné les franchises universitaires, peu après 22h, jeudi soir. Les CRS sont entrés en Sorbonne et ont évacué, brutalement, les étudiantes et étudiants qui occupaient depuis la fin de l'après-midi, arrachant...

» Brésil: l’incarcération de Lula réactive le coup d'État "made in USA" de 2016

Après un procès soldé par une condamnation à 12 ans d’emprisonnement de l'ancien président Inácio Lula da Silva, dans lequel les preuves et les témoins de la défense ont été rejetés par les juges du TRF-4 [Tribunal régional fédéral]...

» Aurora Muriente : « Porto Rico demeure sous domination coloniale »

L’activiste portoricaine explique les raisons pour lesquelles la lutte indépendantiste veut se débarrasser du joug étasunien. Aurora Muriente Pastrana, est membre du Mouvement indépendantiste national Hostosien de Porto Rico (MINH), une...

» Brésil: Violence et haine de classe

Quel lien peut-on établir entre l'assassinat de la conseillère Marielle Franco et les poursuites  pénales contre Lula? Comment lier la destitution illégitime de Dilma Rousseff et l’intervention militaire dans les favelas? Quels liens y...

» Brésil : L’état d’exception est la règle générale Entretien avec Felipe Paiva

« Si le programme de transformation sociale avait été menée à bien, nous n’en serions plus au même point qu’au départ, nous aurions fait un petit pas en avant. » Entretien avec le chercheur Felipe Paiva, doctorant en Histoire à l'UFF...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4620
mod_vvisit_counterHier15560
mod_vvisit_counterCette semaine4620
mod_vvisit_countersemaine précedente134636
mod_vvisit_counterCe-mois-ci411038
mod_vvisit_countermois précedent526014

We have: 226 guests online
Ton IP: 54.80.97.221
 , 
Aujourd'hui: 20 Mai 2018