REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Amérique latine


Les preuves du crime économique contre le Venezuela

Envoyer Imprimer PDF

Alfredo_Serrano_MancillaBisInterdit de voir ce qui est évident. Ce genre de phrase taguée sur un mur va comme un gant à tous ceux qui ignorent l'agression économique permanente qu'a subi le Venezuela ces dernières années. On peut légitimement être pour ou contre les décisions économiques prises par le président Nicolás Maduro. Tout débat économique est le bienvenu. Cependant, la méconnaissance de l'ensemble d'actions orchestré dans de multiples domaines contre l'économie vénézuélienne enlève toute rigueur à tout type d’analyse, quel qu’il soit.

prohibido_ver_lo_evidetneEl_Roto

Laisser de côté ce que le Venezuela affronte en matière d’agression multiple permanente sur le plan économique est un acte d'irresponsabilité délibéré. Mais en plus, ce serait une analyse partielle et biaisée. Ce serait comme analyser l'économie mexicaine sans considérer qu'elle a les USA pour voisin au nord. Ou supposer qu'un pays a la mer alors qu'il ne l’a pas. Comment devrait-on lire une étude ou une proposition basée sur des prémisses fausses, qui n'existent pas et qui occulte une bonne partie de ce qui se passe ?

Ce qui est correct, pour avoir un diagnostic certain, c'est d'avoir un panorama complet et en fonction de celui-ci, de faire les recommandations que chacun considère comme bonnes. Aucune des preuves avancées à partir de maintenant ne doit être considérée comme un excuse ou comme une rustine qui serve à cacher d'autres déséquilibres structurels de l'économie vénézuélienne. Ce dont il s'agit dans cet article, c'est de démontrer avec des preuves évidentes que l'économie vénézuélienne n'est comme aucune autre. Pour beaucoup de raisons géopolitiques, elle est soumise à un harcèlement permanent qu'il est obligatoire de connaître en détails. J'ai ici une liste de ces preuves irréfutables :

1.    Le risque pays (RP) attribué par les agences de notation est sans fondement par rapport au paiement de sa dette extérieure par le Venezuela. Pendant ces 4 dernières années, la République a honoré ses engagements de paiement pour un total de 73 359 millions de dollars. Et le risque pays a continué d'augmenter. Pendant 32 mois sur ces 14 dernières années, le risque pays du Venezuela a augmenté malgré l'augmentation du prix du pétrole. Actuellement, le risque pays attribué par JP Morgan (EMBI +) est de 4.820 points, c'est à dire, 38 fois plus élevé que celui qu'il assigne au Chili bien que ce pays ait un ratio de dette/PIB identique à celui du Venezuela.

2. Le mot « défaut » est utilisé contre le Venezuela dans un sens qui n'est pas le sens de ce mot. Deux exemples récents : Bien que le Venezuela ait payé sa dette extérieure :

a) Fitch Ratings a dit que le Venezuela était en « défaut sélectif »

b) Standard & Poors a baissé sa qualification de CC/C à SD/D (défaut sélectif). Mais cela vient de loin. Un autre exemple moins récent : en février 2016 Bloomberg affirmait que le Venezuela avait 76% de probabilités d'entrer en  défaut dans 1 an. Et nous aurions des milliers de témoignages qui ratifient le fait que les notations du Venezuela ne sont pas basées sur un critère économique rationnel.

3. Donald Trump a émis un décret (en s'abritant sous un décret précédent d'Obama) contre l'économie vénézuélienne. Il suffit de le lire en détails pour se rendre compte qu'il s'agit d'un boycott explicite dans l'intention d'empêcher le Venezuela d'avoir des relations avec des partenaires privés US tout en restreignant les possibilités de paiement de la dette extérieure et les capacités de refinancement de celle-ci.

4. Une grande partie du système financier international a organisé ces dernières années un blocus des opérations financières du Venezuela en limitant l'action de multiples institutions du pays (publiques et privées) pour payer les fournisseurs, recevoir des paiements, faire des transactions, administrer des portefeuilles d'investissement, remplir des obligations financières et accéder à des sources de financement internationales. Des contrats de correspondant bancaire avec le Venezuela ont été annulés unilatéralement (Citibank, Commerzbank, Deutsche Bank). Depuis juillet 2017, l'agent de paiement des bons émis par PDVSA, Delaware Trust, a informé que la banque qui est sa correspondante (PNC Bank) aux USA refuse de recevoir des fonds en provenance de l'entreprise pétrolière d'État. Pour sa part, Novo Banco (Portugal), a notifié en août 2017 qu'il était impossible aux institutions publiques vénézuéliennes de faire des opérations en dollars à cause du blocage des intermédiaires. L'entreprise Euroclear, chargée de s'occuper d'une bonne partie des bons du Venezuela, bloque d'importantes opérations de transaction de bons (plus de 1,2 milliard de dollars) dans un processus de « révision » suite à des pressions exercée par l'OFAC [Office of Foreign Assets Control, organisme de contrôle financier, dépendant du Département du Trésor US,chargé de l'application des sanctions internationales US dans le domaine financier, NdE]. La banque alliée du Venezuela, Bank of China Frankfurt, n'a pas pu réaliser une opération de 15 millions de dollars destinée au paiement d'engagements envers l'entreprise minière canadienne Gold Reserve.

5. On a instauré des blocus pour le paiement d'aliments et d'autres biens de base. Par exemple, la troisième semaine de novembre, plus de 23 opérations de paiement pour 39 millions de dollars d'aliments sont revenues parce que les banques intermédiaires des fournisseurs ne voulaient pas accepter de ressources provenant du Venezuela. Des situations semblables sont survenues pour les achats de Noël, les achats de médicaments (insuline, médicaments contre la malaria et le paludisme), de semences, le transport de sportifs vénézuéliens (la Banque Wells Fargo a empêché cette opération), la communication ( la banque hollandaise Rabobank a refusé le paiement pour que Telesur puisse opérer en alléguant que le payeur était sanctionné par l'OFAC).

6. L'évolution du change illégal « parallèle » n'est « parallèle » avec aucune variable macro-économique. La valeur de cette sorte de change a été multipliée par 1 410 d'août 2014 à aujourd’hui alors que la quantité de billets et de pièces a été multipliée par 43, que la quantité de liquide a été multipliée par 64 et le taux de change implicite par 141. Même l'orthodoxie néoclassique n'arrive pas à expliquer le comportement de cette arme politique de destruction économique utilisée pour induire une augmentation démesurée de l'inflation.

Nous pourrions ajouter à cette liste de preuves toutes les tentatives du MERCOSUR pour isoler le Venezuela et les sanctions de l'Union Européenne ou du Canada et le retrait de compagnies aériennes comme Avianca ou Aerolíneas Argentinas. Et à tout cela, il faut ajouter la chute retentissante du prix du pétrole, passé d’un prix moyen annuel de 88 à 35 dollars le barril de 2014 à 2016.

Cette réalité est indéniable et aucun pays n'est soumis à un siège économique aussi intensif et persistant.

Alfredo Serrano Mancilla

Original: Las pruebas del crimen económico contra Venezuela

Traduit par Françoise Lopez

Edité par Eve Harguindey

Traductions disponibles : Italiano 

Source:Bolivar Infos



 
Plus d'articles :

» Élection présidentielle du 20 mai 2018 entretien avec l'ambassadeur du Venezuela en France

A quelques jours de l'élection présidentielle au Venezuela le 20 mai 2018, retrouvez l'entretien accordé, à Initiative Communiste, par Héctor Michel Mujica, ambassadeur du Venezuela en France, et Léon Landini, président du PRCF. Un entretien...

» Le Venezuela socialiste et la propagande occidentale

L'auteur dresse un panorama accablant des médiamensonges dominants dans la presse francophone canadienne,tout comme dans le reste de la presse francophone, anglophone, hispanophone, bref occidentalophone...-Tlaxcala

» « Le monde survivra-t-il à Donald Trump ? » Entretien avec le militant pour la paix John Catalinotto

Le Président Trump est imprévisible, y compris en ce qui concerne l’accord avec l’Iran. Toutefois c’est ailleurs que les décisions se prennent : au Pentagone.  C’est l’avis de John Catalinotto, pacifiste US-américain...

» Venezuela: Je refuse d´être une victime de désinformation médiatique. Signez la pétition !

Le 20 mai 2018, les électeurs vénézuéliens seront de nouveau appelés aux urnes où quatre opposants à la politique de Nicolas Maduro tenteront de lui ravir la présidence. Cette élection sera supervisée par 2000 observateurs des cinq...

» Venezuela: « Ils confondent votes et arme de destruction massive ! »

Entretien exclusif avec Tibisay Lucena, présidente du Conseil national électoral (CNE) vénézuélien.Propos recueillis à Tunis par Maurice Lemoine.Présidente du Conseil national électoral (CNE) vénézuélien, Tibisay Lucena avait prévu de...

» Venezuela : je refuse d´être pris pour une cible médiatique

L’élection présidentielle au Venezuela aura lieu le 20 mai 2018. Cette convocation du peuple aux urnes sera l´occasion de demander aux citoyens qu´ils fassent un choix sur le futur de leur pays, sous la forme la plus souveraine et...

» Maurice Lemoine, journaliste et globe-trotter: «Je suis en colère contre ma profession»

C’est l’histoire d’un aventurier devenu journaliste. Pas Joseph Kessel, mais presque. Maurice Lemoine, figure bien connue des spécialistes de l’Amérique latine, était de passage à Paris entre deux escapades à Caracas et Bogota. Nous...

» L’Arc minier de l’Orénoque, les « écologistes » et les mafias

Construite à l’origine, en 1952, pour servir de centre administratif à la Orinoco Mining Company, multinationale américaine exploitant à l’époque le minerai de fer et l’embarquant vers les marchés internationaux, Puerto Ordaz, fière de...

» 10 raisons d’avoir les boules avec John Bolton

Ne mâchons pas nos mots: John Bolton est un va-t-en-guerre, et sa nomination au poste de conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump est une menace pour la sécurité mondiale. Bolton préconise une politique étrangère qui exagère les...

» Pour l’expert de l’ONU Alfred De Zayas, il est temps que le Venezuela mène les Etats-Unis devant la Cour Pénale Internationale

Les sanctions contre le Venezuela ont aggravé la crise économique causée par la chute du prix du pétrole, au point de provoquer une grave pénurie de médicaments et d’aliments, un manque d’approvisionnement, des retards de distribution,...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui8667
mod_vvisit_counterHier13225
mod_vvisit_counterCette semaine21892
mod_vvisit_countersemaine précedente134636
mod_vvisit_counterCe-mois-ci428310
mod_vvisit_countermois précedent526014

We have: 233 guests online
Ton IP: 54.224.151.24
 , 
Aujourd'hui: 21 Mai 2018