REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Monde


Ma fille, ce sont des larmes de combat

Envoyer Imprimer PDF

aut_5845BisJe suis fier de ma fille. C'est une combattante de la liberté qui dans les années à venir mènera la résistance à la domination israélienne.

Cette nuit aussi, comme toutes les nuits depuis que des dizaines de soldats ont envahi notre maison au milieu de la nuit, ma femme Narimane, ma fille de 16 ans Ahed  et sa cousine Nour  la passeront derrière les barreaux. Bien que ce soit la première arrestation d'Ahed, vos prisons ne lui sont pas inconnues.

Ma fille a passé toute sa vie à l'ombre pesante de la prison israélienne, depuis mes longues incarcérations pendant son enfance ou celles, répétées,  de sa mère, de son frère et de ses amis, jusqu'à la menace  implicite-explicite contenue dans la présence constante de vos soldats dans nos vies . Sa propre arrestation n'était donc qu'une question de temps. Une tragédie inévitable et attendue.

Il y a quelques mois, lors d'un voyage en Afrique du Sud, nous avons projeté au public une vidéo documentant la lutte de notre village, Nabi Saleh, contre l'occupation israélienne. Quand les lumières se sont rallumées, Ahed s'est levée pour remercier les gens de leur soutien. Quand elle a remarqué que certains des spectateurs avaient les larmes aux yeux, elle leur a dit: «Nous sommes peut-être les victimes du régime israélien, mais nous sommes tout aussi fiers de notre décision de lutter pour notre cause, tout en sachant ce qu'il en coûte.

Nous savions où nous mènerait cette route, mais la lutte est à la fois le terreau et l'inspiration de notre identité, en tant que peuple et en tant qu'individus. Au-delà de la souffrance et de l'oppression quotidienne, des prisonniers, des blessés et des morts, nous savons aussi l'immense pouvoir que nous donne l'appartenance à un mouvement de résistance ; le dévouement, l'amour, les moments brefs mais sublimes qui nous viennent de notre choix de briser les murs invisibles de la passivité.»                

« Je ne veux pas qu'on me voie comme une victime, et je ne veux pas laisser à leurs actes le pouvoir de définir qui je suis et ce que je serai. Je choisis de décider moi-même comment vous me verrez. Nous ne voulons pas que vous nous souteniez à cause de quelques larmes photogéniques, mais parce que nous avons choisi la lutte et que notre lutte est juste. Ce n'est que comme cela que nous pourrons cesser un jour de pleurer. »

Quelques mois après cette projection en Afrique du Sud, quand elle a tenu tête aux soldats armés jusqu'aux dents, ce ne fut pas la colère soudaine due à la grave blessure infligée un instant auparavant, à quelques mètres de là, à Mohammed Tamimi, 15 ans, qui l'a motivée. Ce ne fut pas non plus la provocation de ces soldats qui sont envahi notre maison. Non. Ces soldats, ou d'autres, dont l'action et le rôle sont identiques, sont des hôtes non désirés et non invités chez nous depuis la naissance d'Ahed. Non. Elle s'est plantée devant eux parce que c'est ainsi que nous sommes, parce que la liberté ne se quémande pas, et parce que, aussi élevé qu'en soit le prix, nous sommes prêts à le payer.

Ahed Tamimi comparaît devant un tribunal militaire à Betunia, en Cisjordanie, le 28 décembre 2017. Photo Ahmad Gharabli / AFP

Je suis fier de ma fille. C'est une combattante de la liberté qui dans les années à venir mènera la résistance à la domination israélienne.

Ma fille n'a que 16 ans. Dans un autre monde, dans votre monde, sa vie serait complètement différente. Dans notre monde, Ahed est la représentante d'une nouvelle génération de notre peuple, de jeunes combattants pour la liberté. Cette génération doit livrer son combat sur deux fronts. D'une part, ils ont le devoir, bien sûr, de continuer à défier et à combattre le colonialisme israélien dans lequel ils sont nés, jusqu'au jour où il s'effondrera. D'autre part, ils doivent affronter courageusement l'impasse et  la dégénérescence politiques qui se sont installées parmi nous. Ils doivent devenir l'artère vivante qui fera revivre notre révolution et la sauvera de la mort où l'entraîne une culture croissante de la passivité, fruit  de décennies  d'inactivité politique.

Ahed est l'une des nombreuses jeunes femmes qui mèneront la résistance à l'occupation israélienne dans les années à venir. Ce qui l''intéresse, ce ne sont pas les projecteurs braqués actuellement sur elle en raison de son arrestation, c'est un véritable changement. Elle n'est pas le produit d'un des vieux partis ou mouvements, et, par ses actes, elle envoie un message : pour survivre, nous devons affronter nos faiblesses et surmonter nos peurs.

Dans cette situation, le principal devoir de ma génération et de moi-même, c'est de la soutenir et de lui laisser la voie libre, de nous contrôler et ne pas tenter de corrompre ou d'enfermer cette jeune génération dans la vieille culture et les vieilles idéologies dans lesquelles nous avons grandi.

Ahed, aucune mère, aucun père au monde ne désire voir sa fille passer ses journées dans une cellule de prison. Cependant, Ahed, personne ne pourrait être plus fier que je ne le suis de toi. Toi et ta génération, vous  êtes assez courageux pour emporter la victoire au bout du compte. Tes actes et ton courage forcent mon admiration et me mettent les larmes aux yeux. Mais, selon ton souhait, ce ne sont pas des larmes de tristesse ou de regret, mais plutôt des larmes de combat.

 

Droits devant!!
47, rue de Dantzig 75015 Paris
0607809959


Communiqué

Le 3 janvier 2018

Nous vous appelons à vous joindre le plus nombreux possible à une manifestation ce jeudi 4 janvier, à partir de 17 h 30, pour la libération d'Ahed Tamimi, de sa mère, de sa cousine et de tous les enfants emprisonnés par l'occupant israélien.

L'année 2018, que nous vous souhaitons à toutes et à tous la meilleure possible, commence sous le signe de la résistance. Cette résistance extraordinaire des Palestiniens, y compris très jeunes, qui sont déterminés à défendre leurs droits, comme la jeune Ahed Tamimi, sa famille, mais aussi tous les autres qui risquent leurs vies quotidiennement parce que ni Netanyahou, ni Trump ne peuvent les faire taire.

A leurs manifestations pacifiques, l'occupant israélien répond par toujours plus de terreur, de colonisation, de démolitions de maisons palestiniennes et d'emprisonnement d'enfants. Ces derniers sont plus de 700 à être incarcérés, en toute illégalité dans les geôles de l'occupant.

L'armée israélienne a carte blanche pour tuer, et ne cherche même plus à justifier ses crimes les plus odieux, comme celui d'Ibrahim Abu Thuriya, amputé des deux jambes suite aux bombardements israéliens de 2008-2009, et assassiné le 15 décembre dernier tandis qu'il manifestait à Gaza.

C'est le même jour, que cette même armée a quasiment laissé pour mort le petit cousin d'Ahed, Mohamed Tamimi, lui logeant une balle dans la tête lors d'une manifestation contre les déclarations de Trump. C'est au même moment qu'Ahed Tamimi, 16 ans, a tenté de repousser les soldats qui occupent en permanence sa maison et son village de Nabi Saleh.

La vidéo de sa résistance ayant fait le tour du monde, Israël veut se venger, la maintenant en détention dans des conditions éprouvantes, ainsi que sa mère et sa cousine. Netanyahou prépare contre elles un procès destiné à faire « un exemple », qui doit se dérouler le 8 janvier devant un tribunal militaire.

Les dirigeants israéliens, qui ont appelé à la marquer dans sa chair, à violer Ahed -pour avoir porté atteinte à la « virilité » de leur armée-, doivent savoir que la jeune fille et sa famille ne sont pas isolés, pas plus que les milliers d'enfants palestiniens constamment persécutés, kidnappés, torturés par l'occupant israélien.

La pétition en français lancée sur le site d'Avaaz a dépassé les 250.000 signatures en moins de quelques jours seulement. Et nous vous invitons à continuer de la signer et faire signer : https://secure.avaaz.org/campaign/fr/free_ahed_mor_fb1/

Mais cela ne suffit pas ! Nous devons manifester dans toutes les villes de France, comme c'est le cas dans le reste du monde pour la libération d'Ahed, de sa famille, et celle des centaines d'enfants palestiniens emprisonnés.

A Paris, et avec de nombreuses autres associations, nous vous donnons rendez-vous ce jeudi 4 janvier, à partir de 17 h 30 à la place du Châtelet, pour défiler jusqu'à la place de la République

Bassem Tamimi باسم التميمي

Original: My daughter, these are tears of struggle

Traduit par Jacques Boutard

Traductions disponibles : Español  Italiano 

Source : Tlaxcala, le 4 janvier 2017


 

 
Plus d'articles :

» Politique étrangère à vendre : la dangereuse alliance grecque avec Israël

Pendant un bref instant historique, Alexis Tsipras et son parti politique, Syriza, ont apporté une lueur d’espoir, celle de voir la gauche se réveiller, en Europe, de son long sommeil.Une nouvelle Grèce était sur le point de naître dans les...

» Comme un safari: des soldats israéliens en jeep donnent la chasse un adolescent palestinien et lui tirent une balle dans la tête

Un garçon qui jetait des pierres sur des jeeps de Tsahal a été puni : un soldat l’a exécuté. C'était la troisième fois ces dernières semaines que les soldats visaient la tête des lanceurs de pierres à la tête.Le champ...

» Comment un complot du Mossad pour tuer Yasser Arafat a failli me coûter la vie

Selon le nouveau livre de Ronen Bergman, c'est un miracle que je sois encore en vie. Voici mon souvenir du jour fatidique où j'ai rencontré le chef de l'OLP à Beyrouth et vécu pour raconter l'histoireAprès avoir lu le rapport de Ronen Bergman...

» Relooker le sionisme: le Mouvement sioniste américain et l'Holocauste

Herbert Block, le nouveau dirigeant de l’American Zionist Movement (Mouvement sioniste américain) (AZM), dit vouloir « relooker » le sionisme. Quelle direction ce changement d’image de marque prendra-t-il, on peut se le demander, dans la...

» La lutte contre l'expulsion des réfugiés africains est un moment charnière dans l'histoire d'Israël

Si le gouvernement israélien  réussit à expulser des milliers de demandeurs d'asile, cela l’encouragera à poursuivre des plans encore plus malveillantsQue l’expulsion de demandeurs d'asile africains arrive ou non, Israël est confronté...

» La Palestine brésilienne : liberté contre apartheid

J’ai assisté à la première télévisée du documentaire “La Palestine brésilienne”, écrit et réalisé par le cinéaste et journaliste Omar L. de Barros Filho. Un travail tendre, pertinent, informatif et actuel, regorgeant de récits et...

» En paroles et en actes : La genèse de la violence israélienne

Pas un jour ne passe sans qu’un éminent politicien ou intellectuel israélien ne fasse contre les Palestiniens. Beaucoup de ces déclarations tendent à attirer peu d’attention ou à susciter l’indignation méritée.Tout récemment, le...

» Des prestations sexuelles “offertes” à des Palestiniens pour les convaincre de vendre leurs maisons à Jérusalem-Est

Des enregistrements obtenus par le quotidien israélien Ha’Aretz révèlent comment une organisation juive d’extrême-droite œuvre depuis des années au rachat des maisons arabes de Jérusalem-Est, notamment en proposant des prostituées aux...

» Hassan Nasrallah : "Trump va vers l'Armageddon, Israël sera vaincu plus facilement que Daech"

Interview du Secrétaire Général du Hezbollah par Sami Kleib, pour le programme "Le Jeu des Nations" sur la chaine Al-Mayadeen, 3 janvier 2018 (Extraits)Transcription  [...] Journaliste : A la fin de la première partie de notre entretien,...

» Que s’est-il passé quand c’est une femme-colon juive qui a giflé un soldat israélien?

Ahed Tamimi et Yifat Alkobi ont toutes deux subi un interrogatoire pour avoir giflé un soldat en Cisjordanie, mais on note peu de similarités entre les deux cas – tout simplement parce que l’une est juive, et l’autre palestinienne.Cette...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Édition spéciale «Bilan 2017»

« Pas du mouvement dans le silence, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali, Colombie » L'année 2017 en mots et en noms   Les pays qui ont fait la Une des ...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui945
mod_vvisit_counterHier20292
mod_vvisit_counterCette semaine21237
mod_vvisit_countersemaine précedente147505
mod_vvisit_counterCe-mois-ci525794
mod_vvisit_countermois précedent537187

We have: 452 guests online
Ton IP: 54.90.202.184
 , 
Aujourd'hui: 26 Fév 2018