REDHER - La pluma
Accueil Articles Opinion


Pillage des ressources et néocolonialisme : saignées de l’or noir

Envoyer Imprimer PDF

Jérôme Duval Finalement, les pays dits « en voie de développement » (PED) d’aujourd’hui remplacent les colonies d’hier : les grandes entreprises multinationales occidentales se placent dans les anciennes colonies, y investissent et en extorquent les ressources pour accumuler de faramineux profits qui s’évadent dans des paradis fiscaux appropriés.

Tout cela se déroule sous le regard bienveillant des élites locales corrompues, avec l’appui des gouvernements du Nord et des institutions financières internationales (IFI) qui exigent le remboursement de dettes odieuses héritées de la colonisation. Par le levier de la dette et des politiques néocapitalistes imposées qui conditionnent celle-ci, les populations spoliées paient encore le crime colonial d’hier et les élites le perpétuent subrepticement aujourd’hui, c’est ce qu’il est convenu d’appeler le néocolonialisme.

Les matières premières transformées… et revendues au pays producteur

En Afrique, le pillage des matières premières se poursuit et, comme aux temps des colonies, la transformation s’opère au Nord, avant que le produit ne revienne, éventuellement transformé, dans le pays producteur de la matière première. Ce dernier perdant donc au passage les gains de la plus-value obtenue par la transformation.

Quant au pétrole brut extrait d’Afrique, il est majoritairement destiné à l’exportation, quitte à revenir, raffiné, depuis le pays importateur. Sur la quarantaine de raffineries présentes en Afrique, beaucoup pâtissent d’un manque d’investissement et de maintenance, sont sujettes à des privatisations rampantes et n’arrivent pas à satisfaire la demande régionale. Résultat, le continent reste dépendant de l’importation de produits raffinés pour sa propre consommation.

Trois des quatre raffineries du Nigeria ont été réactivées en juillet 2015, mais ne fonctionnent qu’à 60 % à 80 % de leurs capacités (jusqu’à 210 000 barils/jour). Incité à la dépendance de la ressource pétrolière par les institutions financières internationales (Banque mondiale en tête), le Nigeria tire 70 % de ses revenus et environ 90 % de ses ressources en devises des exportations de brut. Seulement 10 % de sa production est raffinée dans le pays.

Ainsi, le Nigeria, premier producteur de pétrole du continent et onzième mondial, n’arrive pas à satisfaire son marché intérieur et, comble du paradoxe, importe 70 % de ses besoins en pétrole raffiné malgré une production journalière d’environ deux millions de barils de pétrole brut dont la majeure partie part à l’exportation vers les États-Unis et l’Europe ! Pour satisfaire sa demande intérieure, le Nigeria importe quotidiennement des millions de dollars de carburant (pétrole raffiné), représentant près de 14,9 milliards de dollars sur l’année 2016, une somme colossale |1|.


Le Nigeria, un des pays les plus inégalitaires au monde

Lorsqu’on commença à extraire des quantités significatives de pétrole au Nigeria dans les années 1960, des dirigeants de Shell passaient dans les villages et projetaient un film d’entreprise vantant aux habitants la prospérité qu’allait leur apporter le pétrole |2|. Pourtant, les habitants du delta du Niger, d’où provient la grande majorité de cette ressource tant convoitée, se sont appauvris et ont vu leurs terres et leurs eaux polluées par cette industrie.

Malgré une croissance positive jusqu’en 2016 (+ 2,7 % en 2015, son plus bas niveau depuis dix ans, en raison de la chute des prix du pétrole), 22 milliardaires et 34 000 millionnaires en dollars recensés, plus de la moitié de la population vit avec moins de 1 dollar par jour, la majorité des Nigérians n’ont pas accès à l’électricité, l’espérance de vie ne dépasse pas les 54 ans |3| et un enfant sur dix meurt avant l’âge de 5 ans encore aujourd’hui, l’un des taux les plus élevés au monde |4|.

De plus, le Nigeria subit les affres de la pollution et de son corollaire, le réchauffement climatique. Pourtant, un habitant du Nigeria émet en moyenne dix fois moins de gaz à effet de serre qu’un habitant de la France, et 34 fois moins qu’un habitant des États-Unis, le plus gros pollueur de la planète |5|.

En plus de se faire piller leurs matières premières, les populations des pays producteurs payent la plus-value des produits transformés au Nord par les multinationales occidentales. Ce mécanisme grève les caisses des États qui, pour ne pas trop amputer dans leurs budgets, doivent s’endetter toujours plus. Les créanciers sont, dans ce système dette à leur mesure, encore une fois les gagnants d’une partie de poker dangereuse et mortifère.

Notes :

1| « En 2016, le Nigéria a dépensé 14,9 milliards de dollars en importation de pétrole raffiné », Agence Ecofin, 9 juin 2017.

|2| Peter Mass, Pétrole brut, enquête mondiale sur une richesse destructrice, ed. Autrement, 2010.

|3| Direction du Trésor, « Nigeria ».

|4| Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est de 109 pour 1000 en 2015, l’un des plus élevés au monde après la République centrafricaine, la Somalie, le Tchad et la Sierra Leone. Selon l’ONU, 6,9 millions d’enfants de moins de 5 ans sont morts dans le monde en 2011, principalement à cause de maladies évitables.

|5| Christophe Bonneuil, François Gemenne, Geneviève Azam, Jean Jouzel, Maxime Combes, Nicolas Haeringer, Stefan Aykut, Valérie Cabannes : « Climat : Nicolas Sarkozy, dangereux marchand de doute ». Tribune publiée dans Libération le 16 septembre 2016.

Jérôme Duval Жером Дюваль جيروم دوڥال

Traduccion disponibles : Español

Edité par  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : CADTM


 

 

 
Plus d'articles :

» Manifestation contre la grâce présidentielle à Fujimori - Paris

Manifestation contre la grâce présidentielle accordée au Pérou à l'ex-président Fujimori. Nous vous invitons à nous accompagner ce samedi 13 janvier pour exprimer notre indignation face à cette grâce illégale et immorale et pour soutenir...

» En Amérique latine, la droite avance… pour l’instant

L’année qui s’est achevée nous a léguée divers évènements politiques qui, fort probablement, constitueront un point d’inflexion ou même de non-retour dans ce qui a été appelé le « virage progressiste » en Amérique latine.

» Colombie: la révolution des bolcheviks d'El Líbano (Tolima) en 1929

Mémoire historiqueAu moment du centenaire de la Révolution russe, on peut rappeler que la première révolution communiste d’Amérique latine a eu lieu en 1929 dans une ville nichée dans les montagnes de Colombie, à El Líbano, dans le Tolima....

» Une menace venue d’Iran qu’Israël ne peut pas détruire avec des bombes : l’invasion du Néguev par les ânes sauvages*

Il y a quelques décennies, des onagres, censés être des modernes descendants d'une espèce mentionnée dans la Bible, ont été amenés au Néguev depuis l'Iran du Shah. Ils se sont multipliés, mais à présent ils ravagent la flore et la faune

» La légende n’est pas morte

Ma génération est née dans les premières années qui ont suivi le triomphe de la Révolution de 1959 et une partie dans les mois qui l’ont précédée. Lorsque les « barbus » ont pris Santiago et qu’ils sont venus ensuite en...

» Ossaba Gardien de la nature

» Climat : qui sera inculpé pour crime contre l’humanité ?

Je prédis que ces procès seront ouverts par les peuples exsangues, ceux qui auront réussi à reprendre leur pouvoir avant d’être définitivement asservis. Aux procès internationaux de ce crime contre l’humanité, les peuples libres seront...

» L’Aide publique au développement aux antipodes de la solidarité

Le 11 avril 2017, à l’issue de son rapport ||, l’ annonce fièrement une hausse de l’aide publique au développement pour l’année écoulée : « En 2016, les apports nets d’aide publique au développement () des pays...

» La dette a joué un rôle déterminant dans l’histoire

Erwan Mana’ch a interviewé Eric Toussaint pour l’hebdomadaire français à l’occasion de la sortie du livre (Les liens qui libèrent, Paris, 2017)Toute votre analyse porte sur l’idée que la a joué un rôle déterminant dans...

» Pillage des ressources et néocolonialisme : de l’argent d’esclaves à l’or

Jérôme Duval, du CADTM, revient sur l’exploitation du sol des pays colonisés par les pays colonisateurs, et ses désastreuses conséquences, depuis Christophe Colomb jusqu’à aujourd’hui.Suite aux voyages de Christophe Colomb, l’invasion...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Édition spéciale «Bilan 2017»

« Pas du mouvement dans le silence, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali, Colombie » L'année 2017 en mots et en noms   Les pays qui ont fait la Une des ...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

 

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui12778
mod_vvisit_counterHier17694
mod_vvisit_counterCette semaine43682
mod_vvisit_countersemaine précedente93067
mod_vvisit_counterCe-mois-ci220628
mod_vvisit_countermois précedent516910

We have: 472 guests online
Ton IP: 54.226.179.247
 , 
Aujourd'hui: 16 Jan 2018