REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Amérique latine


29 Novembre 1947 : Pourquoi le mystérieux Suédois qui a dressé la carte d'Israël a favorisé les Juifs

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

aut_5759BisSoixante-dix ans après l'approbation du plan de partage de la Palestine par l'Assemblée générale des Nations Unies, un chercheur israélien a retrouvé l'homme oublié qui en a dressé la carte

Dans une archive lointaine située à environ 5 000 kilomètres de Jérusalem, la réponse à l'une des questions les plus intrigantes de l'histoire de l'État d'Israël a été trouvée : qu’avait en tête la personne qui a établi la carte de partition qui a ouvert la voie à la création de l'Etat juif ?

Des juifs se rassemblent dans les rues de Tel-Aviv le 30 novembre 1947 pour célébrer l’annonce par la radio du plan des Nations Unies pour la partition de la Palestine et le nouvel État juif. Photo AP

Malgré son rôle important dans la formation de l'histoire locale, l'homme – le Dr. Paul Mohn - est resté inconnu du public israélien. Aucune autorité locale n'a jamais pris la peine de donner son nom à une rue, un square ou un bâtiment public. S'il est mentionné dans les livres d'histoire, c'est seulement dans une note de bas de page. Il ne fait aucun doute qu'il a lui-même contribué à cette obscurité: c’était un personnage mystérieux, en retrait et taciturne et les gens qui travaillaient avec lui le décrivaient comme un individu qui suscitait «la perplexité et la peur».

 Le Dr. Paul Mohn (1898-1957), 1949.GPO

Aujourd'hui, 70 ans après l'adoption par l'Assemblée générale des Nations Unies du plan de partage de la terre de Palestine le 29 novembre 1947, un chercheur israélien a jeté la lumière sur le diplomate suédois pro-sioniste oublié.

Le Dr Elad Ben-Dror, du département des études moyen-orientales de l'université Bar-Ilan, s'est rendu en Suède pour voir ce qu'il pourrait apprendre sur Mohn,  le représentant adjoint de la Suède à la Commission ad hoc chargée de la question palestinienne  (UNSCOP), établie en 1947.

À l'Université d'Uppsala en Suède, Ben-Dror a trouvé le journal personnel de Mohn. En le feuilletant, il s’est rendu compte qu'il contenait de précieuses informations provenant des «coulisses» du Plan de partage.

"J'ai essayé de réconcilier des idées inconciliables: l'espoir d'une coopération judéo-arabe et la peur de l'animosité judéo-arabe", écrit Mohn dans le journal. En d'autres termes, la partition du pays, dans le format qu'il proposait, était censée permettre aux Juifs et aux Arabes de vivre côte à côte à la fois comme amis en temps de paix et comme ennemis en période de tension. "Si les parties veulent vivre en paix, cela pourrait arriver avec mon plan de Partition", a-t-il expliqué. "S'ils veulent se séparer et se tourner les uns contre les autres, il y a aussi des possibilités théoriques pour cela."

Un regard sur la carte qu'il a dessinée illustre ses mots. Selon la proposition de Mohn, le pays est divisé en sept parties: la région de Jérusalem, qui devait être placée sous contrôle international, et six régions triangulaires - trois pour l'État juif et trois pour l'État arabe. Tous ces territoires se touchaient par  leurs coins de manière à préserver la contiguïté territoriale de chacun des deux États. Ces "points d'intersection" permettraient de se déplacer sans friction dans les zones assignées à chacun des États.

Du point de vue des juifs, l'avantage de la carte de Mohn était clair: elle donnait au futur État juif 62% du territoire, même si la population palestinienne était deux fois plus nombreuse que celle des Juifs.

Qu'est-ce qui a conduit Mohn à favoriser les Juifs? Dans sa recherche pour une étude qui sera publiée dans un livre à paraître sur l'UNSCOP, Ben-Dror a appris que le père de Mohn, qui était un pasteur protestant, avait été profondément choqué par le procès Dreyfus en France à la fin du 19ème siècle et avait inculqué à son fils une prise de conscience "de l'histoire tragique du peuple juif".

Les membres de l'ONU votent la fin du mandat britannique The Nathan Axelrod Newsreel Collection / YouTube


De plus, Mohn a dit de lui-même qu'il n'était pas particulièrement sympathique envers les aspirations nationales des Arabes, auxquelles il avait été exposé pendant son service diplomatique au Moyen-Orient pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il parlait de la terre de Palestine comme «la terre sainte» et à ses heures perdues, il aimait parcourir la liste des lauréats juifs du prix Nobel  et sonder «l'intellect juif». Il fut également profondément affecté par ses visites dans les camps de personnes déplacées. en Europe, où il a rencontré des survivants de l'Holocauste qui attendaient la décision d'établir l'État juif.

Vers la fin d'août 1947, environ une semaine avant la date à laquelle l'UNSCOP était censée soumettre ses recommandations concernant l'avenir de la Palestine, «on apprit que le rapport était également censé inclure une projection quelconque des frontières»,  écrit Mohn dans son journal. Ainsi, presque à la toute dernière minute, il entreprit l'important travail de dessin d’une carte de la partition du pays.

«J'étais là pour sauver la situation», a-t-il noté, et a raconté comment il s’est retrouvé tout seul jusqu'à très tard dans la nuit pour donner à  sa «carte des taches» une forme plus lisible.

"Seul, il a déterminé le sort de villages et desvilles", dit Ben-Dror, s'appuyant sur le témoignage de contemporains de Mohn. L'un deux, David Horowitz, l'émissaire de l'Agence juive à l'ONU, a écrit que Mohn était le personne «qui, plus que quiconque, a établi les frontières du futur État hébreu».

La vision pro-sioniste de Mohn est parfaitement évidente sur la carte. Ainsi, en partie, il voulait faire de l'ensemble  du Néguev  un territoire juif  ayant eu l'impression, comme il le note, que la colonisation juive y était «un succès extraordinaire». En revanche, il écrit des Bédouins : «Ils pourraient même avoir été là pendant 1000 ans sans laisser de traces" .

En fin de compte, l'ONU adopta une version un peu plus complexe de la carte de Mohn mais celle-ci perdit aussi de sa pertinence avec le déclenchement en 1948 de ce que les sionistes appellent  la guerre d'indépendance. Mohn lui-même mourut dix ans plus tard sans pouvoir voir comment,  en 1967 un autre clou allait être planté dans  le cercueil du plan de partage qu'il avait concocté.

Ofer Aderet עופר אדרת

Original: 29 November 1947: Why the mysterious Swede who drew up Israel's map favoured the Jews

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : Tlaxcala, le 27 novembre 2017


 

 
Plus d'articles :

» Politique étrangère à vendre : la dangereuse alliance grecque avec Israël

Pendant un bref instant historique, Alexis Tsipras et son parti politique, Syriza, ont apporté une lueur d’espoir, celle de voir la gauche se réveiller, en Europe, de son long sommeil.Une nouvelle Grèce était sur le point de naître dans les...

» Comme un safari: des soldats israéliens en jeep donnent la chasse un adolescent palestinien et lui tirent une balle dans la tête

Un garçon qui jetait des pierres sur des jeeps de Tsahal a été puni : un soldat l’a exécuté. C'était la troisième fois ces dernières semaines que les soldats visaient la tête des lanceurs de pierres à la tête.Le champ...

» Comment un complot du Mossad pour tuer Yasser Arafat a failli me coûter la vie

Selon le nouveau livre de Ronen Bergman, c'est un miracle que je sois encore en vie. Voici mon souvenir du jour fatidique où j'ai rencontré le chef de l'OLP à Beyrouth et vécu pour raconter l'histoireAprès avoir lu le rapport de Ronen Bergman...

» Relooker le sionisme: le Mouvement sioniste américain et l'Holocauste

Herbert Block, le nouveau dirigeant de l’American Zionist Movement (Mouvement sioniste américain) (AZM), dit vouloir « relooker » le sionisme. Quelle direction ce changement d’image de marque prendra-t-il, on peut se le demander, dans la...

» La lutte contre l'expulsion des réfugiés africains est un moment charnière dans l'histoire d'Israël

Si le gouvernement israélien  réussit à expulser des milliers de demandeurs d'asile, cela l’encouragera à poursuivre des plans encore plus malveillantsQue l’expulsion de demandeurs d'asile africains arrive ou non, Israël est confronté...

» La Palestine brésilienne : liberté contre apartheid

J’ai assisté à la première télévisée du documentaire “La Palestine brésilienne”, écrit et réalisé par le cinéaste et journaliste Omar L. de Barros Filho. Un travail tendre, pertinent, informatif et actuel, regorgeant de récits et...

» En paroles et en actes : La genèse de la violence israélienne

Pas un jour ne passe sans qu’un éminent politicien ou intellectuel israélien ne fasse contre les Palestiniens. Beaucoup de ces déclarations tendent à attirer peu d’attention ou à susciter l’indignation méritée.Tout récemment, le...

» Des prestations sexuelles “offertes” à des Palestiniens pour les convaincre de vendre leurs maisons à Jérusalem-Est

Des enregistrements obtenus par le quotidien israélien Ha’Aretz révèlent comment une organisation juive d’extrême-droite œuvre depuis des années au rachat des maisons arabes de Jérusalem-Est, notamment en proposant des prostituées aux...

» Hassan Nasrallah : "Trump va vers l'Armageddon, Israël sera vaincu plus facilement que Daech"

Interview du Secrétaire Général du Hezbollah par Sami Kleib, pour le programme "Le Jeu des Nations" sur la chaine Al-Mayadeen, 3 janvier 2018 (Extraits)Transcription  [...] Journaliste : A la fin de la première partie de notre entretien,...

» Que s’est-il passé quand c’est une femme-colon juive qui a giflé un soldat israélien?

Ahed Tamimi et Yifat Alkobi ont toutes deux subi un interrogatoire pour avoir giflé un soldat en Cisjordanie, mais on note peu de similarités entre les deux cas – tout simplement parce que l’une est juive, et l’autre palestinienne.Cette...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Édition spéciale «Bilan 2017»

« Pas du mouvement dans le silence, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali, Colombie » L'année 2017 en mots et en noms   Les pays qui ont fait la Une des ...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui787
mod_vvisit_counterHier20292
mod_vvisit_counterCette semaine21079
mod_vvisit_countersemaine précedente147505
mod_vvisit_counterCe-mois-ci525636
mod_vvisit_countermois précedent537187

We have: 431 guests, 1 members online
Ton IP: 54.90.202.184
 , 
Aujourd'hui: 26 Fév 2018