REDHER - La pluma


Mise en accusation : nous devons continuer le travail de Daphne Caruana Galizia

Envoyer Imprimer PDF

aut_5760BisEn ce jour noir où le peuple maltais enterre Daphne Caruana Galizia, nous publions ce cri du cœur d’un blogueur maltais.

Depuis que j'ai appris la mort de Daphne Caruana Galizia, je n'ai pas pensé à autre chose. Et ça ne risque pas de s'arrêter de sitôt.

Les funérailles de Daphne Caruana Galizia ce vendredi à Mosta

Cela a commencé par le choc devant l’audace et le caractère définitif de l'acte. Puis ça a grandi, se muant en colère et en indignation. Il y avait un fort sentiment de perte en cherchant les écrits de la meilleure et la plus prolifique auteure sur les affaires politiques maltaises et en trouvant un écran inchangé. Je me suis senti embarrassé lorsque  les questions de la presse mondiale – comment une telle chose pouvait-elle être possible dans ce paradis ? – me faisaient grincer des dents.

Et puis un sentiment d’impuissance: face à l'indifférence, face à la haine, face aux inamovibles en place. Résignation face à une jeune génération que nous avons droguée avec des choses au lieu de pensées. Consternation face à une société de deux nations sourdes menant une guerre sans fin dans un seul pays. Découragement face à un avenir qui semble pire que le présent.

Chaque fois mon système avait un besoin urgent du fix de ses écrits. J'ai traité le manque en écrivant moi-même. En tapant furieusement, j'ai essayé de remplir le vide d'un écran qui n'ajouterait rien à ces mots sombres et désespérés. «Il y a des escrocs où que vous regardiez maintenant. La situation est désespérée ».

J'avais besoin de tourner cette page chaque jour et chaque heure de veille. Pour rassembler assez d'espoir pour me sortir du lit. Et pendant deux semaines, la profondeur de mes sentiments et la noirceur de mon désespoir étaient tels que je devais tout investir en eux. Et je l'ai fait.

Je ne suis pas sûr d'être prêt à sortir de cette phase et à regarder vers l'avenir. Parce qu'au fil des jours de nouvelles couches de ténèbres se sont installées. J'ai posté hier l'image d'un texte écrit par un homme qui a écrit qu'il voudrait voir des manifestants comme ma femme et ma fille être fauchés par un camion pour avoir une idée qu'il ne partage pas. En relisant mon message ce matin, j'ai vu mes propres mots de colère et de dédain que j'ai rationalisés à l'arrière de l'extrémité du sujet.

Mais en justifiant les représailles, en rendant œil pour œil, nous ne nous en sortirons jamais.

Je n'ai pas eu d'expérience de chemin de Damas. Je ne vais pas tendre avec enthousiasme l'autre joue face à la haine insupportable, à l'amoralité vide, à l'égocentrisme pathologique, à la cupidité et à la corruption morbide. Je serais complice si je le pardonnais et l'oubliais.

Mais l'erreur dans mon jugement est d'accepter que cela serait inévitable. Que c'est là une sorte de requis écœurant pour une culture et une nation incapables de se libérer de leurs démons, qu'il n'y a aucun moyen de sortir de cet enfer sur terre si ce n'est de le vivre avec la douloureuse conscience du caractère inévitable de sa médiocrité.

J'ai lu trop d'histoire pour jouer du violon à propos d’un âge d'or perdu. Mais ça n’a pas été toujours comme ça. Nous sommes arrivés à ce stade par une dégradation systématique et progressive du tissu de la nation dont le gouvernement n'est pas la cause mais le symptôme.

D'abord une foi mammoniste qui nous a tous imprégnés, riches et pauvres et surtout ceux entre les deux. Une religion nationale où l'accumulation de la richesse est une fin en soi qui écarte tout sens de hiérarchie du beau sur le laid, du gentil sur le méchant, la vieille rengaine des femmes et des enfants d'abord. Ce genre de choses.

D’où les classements erronés d’identité qui varient de ville à village et de Sliema à Mqabba mais sont tout aussi pervers où que ce soit. Où l'appartenance à des clubs, des partis, des sociétés, des associations et des communautés est définie par la méchanceté de la raillerie virulente contre l'autre. Que les gens soient prêts à ignorer leur estime de soi pour exprimer leur mépris déconcertant pour la bande rivale ou le club de football rival ou le parti rival ou le quoi que ce soit rival, quel que soit l’objet de la dérision, sur le champ.

D’où la gêne institutionnalisée de l'église et de l'État pour mesurer la performance et le succès par des normes éthiques plutôt que par des statistiques. Que les milliers de figurants habillés en soldats romains de carton et de plastique le Vendredi Saint sont en quelque sorte un indicateur d'un amour de l'ennemi comme de soi. Que les milliers de grues et les heures d'embouteillages sont en quelque sorte un indicateur de la santé et de la prospérité de la nation.

D’où l’horreur culturelle pour la culture. Où l'esthétique est un luxe pour le blasé et l'ascétique. Où l'indulgence dans la connaissance et la pensée, dans l'art et la poésie est une maladie tandis que l'indulgence dans la profusion et le plaisir, dans l'ostentation et le bling-bling est une nouvelle morale.

D’où une dialectique politique qui savoure le choc mais qui ne s'intéresse pas à une synthèse qui cherche la résolution et le progrès. Un processus politique où le consensus et la coalition sont une faiblesse et où la force est dans un diktat catégorique, intransigeant, obstiné, bruyant et rageur. Lorsque le débat a lieu selon des scripts prescrits et où la pensée en tant qu'effort individuel est découragée jusqu'à l'intimidation.

D’où un isolationnisme patenté qui refuse ne serait-ce que de prendre en considération des visions opposées venant de l'extérieur du cercle étroit qui s'identifie comme local.

Un esprit de clocher bilieux, hostile à ces putains d’étrangers qui feraient mieux de rentrer chez eux, sauf s’ils sont à genoux en train de passer la serpillère ou qu’ils nous payent des loyers stratosphériques. D’où une catégorisation préconçue des opinions, non selon leur qualité ou leur originalité mais selon l'intention supposée de ceux qui les formulent. Deux cases de nationalistes et de travaillistes dans lesquelles tout le monde, du ponte au mendiant, doit entrer et en fonction de cela doit avoir toujours raison ou toujours tort.

D’où un consensus intuitif avec ce qui ne devrait pas être accepté mais est dans la bonne case,  et une colère furieuse et impitoyable contre ce qui devrait susciter de la compassion mais ne fera jamais car coincé dans la case détestée des autres. D’où une ambiguïté morale, un ensemble grotesque d'incohérences qui s'annulent  mutuellement et nous permettent de nous justifier de faire ce que nous ne devrions de toute évidence pas faire et de nous pardonner à nous-mêmes  avec la confiance effrontée que nos partisans transformeront notre culpabilité en un atout.

D’où notre incapacité à reconnaître les fautes qu’on nous reproche en tant que personnes, familles, villages et en tant que nation et notre réponse fallacieuse que personne n'est parfait et donc que personne n’ a le droit de critiquer, d'attaquer et même de juger.

D’où la notion contradictoire que puisque personne n'est parfait, l'effort pour faire le bien relève d’un arrivisme arrogant ou d’un idéalisme délirant.

Et je réalise avec horreur que le travail de Daphné Caruana Galizia n'était pas seulement solitaire à cause de ses enquêtes sur la corruption et les irrégularités. Ce fut une vie de recherche anthropologique dans les profondeurs d'une société qui refuse de s'auto-étudier et qui n'aime pas entendre se dire ce qui cloche chez elle.

L'horreur vient avec un épuisement accablant à l'échelle même de l'effort. Cet espoir est une source d'énergie insuffisante face à une résistance si béate et auto satisfaite au changement.

L’horreur vient avec le désespoir de voir que les murs de Rome s’écroulent autour de nous et que nul entre nous n’y peut grand-chose.

Pourtant, nous avons le devoir de rechercher le changement. Nous avons le devoir d'essayer au moins de persuader ceux qui ne veulent pas nous écouter. Nous avons le devoir d'être forts dans les idéaux qui nous gardent moralement et spirituellement en vie parce que nous devons combattre la mort morale et spirituelle qui nous entoure.

Nous devons, même dans le désespoir de tout ce qui nous entoure, continuer le travail de Daphne.

Manuel Delia

Original: Indictment: we must continue Daphne Caruana Galizia’s work

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source : Tlaxcala, le 3 novembre 2017


 
Plus d'articles :

» Loi sur les “fake news”: du monopole de la vérité au règne du mensonge

Cette histoire commence comme un conte de fées. Dans notre merveilleuse démocratie, tout allait pour le mieux. La presse était libre, le citoyen informé et le pouvoir impartial. Mais c’était trop beau. Imprudente, la démocratie n’a pas...

» Notre-Dame-des-Landes : « Nous, cinéastes, appelons à filmer et à défendre ce territoire qui bat et se bat »

Dans une tribune au « Monde », des réalisateurs, comédiens et professionnels du cinéma, dont Adèle Haenel, Philippe Garrel ou Aki Kaurismäki, invitent à défendre la ZAD de Notre-Dame-des-Landes comme «  un lieu réel qui...

» La tragédie des cheminots : la signification profonde des grèves ferroviaires françaises

La série actuelle de grèves ferroviaires en France est présentée dans les médias comme une "agitation ouvrière ", un conflit entre le gouvernement et les dirigeants syndicaux, ou comme une nuisance temporaire pour les voyageurs causée par...

» Catalogne: le parquet allemand favorable à l'extradition de Puigdemont vers l'Espagne

Le parquet allemand s'est dit favorable ce mardi à l'extradition vers l'Espagne de l'ex-président catalan, l'indépendantiste Carles Puigdemont, détenu en Allemagne depuis le 25 mars.Décision finale dans les jours à venir Le procureur...

» Avec l’arrestation de Carles Puigdemont, l'Allemagne a son premier prisonnier politique

La détention de Puigdemont n'était pas un acte intelligent. Ce n'est pas un terroriste mais un politicien légitimé par des élections libres.Désormais, la République fédérale d'Allemagne a son premier prisonnier politique: Carles Puigdemont,...

» Espagne : les municipalités réduisent leur dette, celle de l’État marque un nouveau record

Jérôme Duval et Ángel Ambroj rappellent dans cette tribune que la vague de coupes budgétaires censée résoudre le problème de l’endettement public n’a servi à rien.La publique espagnole clôture l’année 2017 avec un nouveau record...

» Les cris d’indignation des Occidentaux à propos du siège de la Ghouta sonnent creux : ils ne feront rien pour sauver les civils

Comment pouvons-nous protester alors que nous ne faisons rien contre l’opposition islamiste armée à Assad (je ne parle pas ici de l’EI) ou que nous n’essayons même pas d’organiser notre propre cessez-le-feu, même avec l’aide de la...

» Guerre, dictature, démocratie: cherchez l’erreur

Le vieux combat entre les démocraties et les régimes autoritaires est de retour. Trois jours de débats à la conférence de Munich sur la sécurité ont livré ce diagnostic : l’Occident se sent assiégé, défié, déstabilisé. Et les...

» Soutenez le KET, un lieu de création alternative au cœur d’Athènes !

Le KET ( / Atelier de réparation de télévisions) est un lieu culturel indépendant situé à Kypseli, quartier athénien de classes moyennes paupérisées, de jeunes artistes précaires et d’immigration récente (Nigéria…) et ancienne...

» Six Huit : mémoires d’une année en révolution (2) 21 février 1968 : FNL vaincra !

L’année 1968 commence très fort : le 30 janvier les combattants vietnamiens lancent l’Offensive du Têt (Nouvel an vietnamien) dans l’ensemble du Sud-Vietnam, attaquant toutes les grandes bases militaires US et toutes les grandes villes...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui21246
mod_vvisit_counterHier18396
mod_vvisit_counterCette semaine80365
mod_vvisit_countersemaine précedente113550
mod_vvisit_counterCe-mois-ci340104
mod_vvisit_countermois précedent607817

We have: 380 guests online
Ton IP: 54.167.230.68
 , 
Aujourd'hui: 21 Jui 2018