REDHER - La pluma
Accueil Articles Droits Humains Multinationales


La liberté économique contre les droits humains : la plus grande mine de charbon du monde est en Colombie. Faits et méfaits de l'entreprise suisse Glencore

Envoyer Imprimer PDF

aut_5643Je reviens de Colombie où j’ai partagé mon temps entre le paradis qu’est Nuquí, un village du Chocó au bord du Pacifique, et l’enfer qu’est une mine de charbon de Glencore sise dans le désert de la Guajira, tout au nord du pays.

 

Glencore, une multinationale qui a son siège à Baar dans la banlieue industrielle de Zoug, est la deuxième plus grande société suisse d’extraction et de négoce de matières premières, après le groupe Vitol, basé à Genève.

 

 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_6927.jpg

La mine de charbon à ciel ouvert de Cerrejón

Elle fait partie de l’héritage de Marc Rich et figure parmi les 50 entreprises du monde affichant le plus gros chiffre d’affaires. Active dans la production et le commerce de métaux, minerais, pétrole et de produits agricoles, elle détient les plus grosses parts de marché dans le zinc, le cuivre, le plomb et le charbon. Quand elle est entrée en bourse, en 2011, les six membres de sa direction se sont partagé 23 milliards de dollars.

En 2008, elle a obtenu le prix de Public Eye pour «ses pratiques commerciales irresponsables et opaques en Colombie» et pour sa manière inacceptable de traiter les salariés de ses mines de charbon dans ce pays et de polluer les nappes phréatiques situées aux alentours.

En Colombie, Glencore exploite la plus grande mine de charbon à ciel ouvert du monde, dans le département le plus pauvre du pays, la Guajira, occupé en grande partie par des Indiens Wayúu. Le site de Cerrejón atteint maintenant une surface de 69’000 hectares, soit environ 70 km de long sur 10 km de large. Imaginez le lac Léman asséché! En 2016, la production s’est élevée à 32 millions de tonnes de charbon, toutes exportées, principalement vers l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Ces activités représentent la moitié du produit régional brut de la Guajira, mais aucune valeur n’y demeure acquise, sauf les salaires des ouvriers.

Dans le petit musée installé à l’entrée de la mine, on peut lire qu’en 2016 Glencore a sauvé 3 jaguars et 447 tortues marines et a réhabilité 114 hectares de terre, soit un total de 3’674 hectares rendus à l’agriculture. Et que deviennent les gens?

Aux abords de Cerrejón survivent des communautés wayúu, qui sont de fait plutôt en voie d’extinction. Glencore a peu à peu grignoté leur territoire. Dans une des familles que j’ai rencontrées, un petit garçon de trois ans, David, est atteint d’une déficience respiratoire grave. Les médecins ont d’abord dit qu’il s’agissait d’un virus dû au réchauffement climatique. Plus honnête, une pédiatre a confié à la mère que l’enfant devait être évacué au plus tôt et poursuivre sa vie à quelque 300 kilomètres de là; elle a en outre prescrit des médicaments très coûteux. Mais Cerrejón n’a rien voulu payer pour les médicaments, arguant que l’état de santé de l’enfant échappait totalement à sa responsabilité. La docteure a été licenciée et le père, chauffeur de son métier, a dû vendre sa voiture pour payer le traitement.

A une centaine de mètres, c’est un petit garçon d’un an et demi qui a dû être amené d’urgence à l’hôpital la nuit précédant mon arrivée. Autre exemple d’une réalité contrastée bien connue: tandis que la Colombie a un taux de mortalité infantile de 6 pour 1000, cette proportion atteint 9,3 pour 1000 au sein de la communauté wayúu.

Cliquer sur la carte pour l’agrandir

 

L’eau pour la mine, pas pour les habitants

Aux abords de la mine, il n’y a plus d’eau. La rivière principale côté sud-ouest a été déviée, soi-disant pour sauvegarder l’accès à l’eau. Mais Cerrejón a fait des forages près de tous les affluents. En conséquence, l’eau du Rio Ranchería est contaminée au mercure, ce qui la rend impropre à la consommation et à l’agriculture. Ces familles doivent donc acheter l’eau qu’elles vont boire; sauf en période de pluie, fort rare dans cette région désertique.

Le site minier de Cerrejón consomme 54 millions de litres d’eau par jour pour ses propres besoins: les forages, l’arrosage des routes pour éviter qu’il y ait trop de poussière, l’arrosage des wagons remplis de charbon pour diminuer la pollution de l’air sur les 150 km du parcours à destination du port maritime de Puerto Bolivar.

D’où vient toute cette eau? Glencore a construit un barrage sur le Rio Ranchería en amont de la mine, une propriété privée à usage exclusif. Pour seulement voir le lac, les Wayúu ont dû demander la permission à la Présidence de la République. Plus choquant encore, l’hôtel 5 étoiles construit par Glencore près de l’entrée de la mine, dispose d’une piscine et offre un spa.

La communauté que j’ai visitée ne peut plus cultiver ses terres; les quelques fruits qui poussent dans la lande sont contaminés. L’artisanat procure un peu d’argent ou bien les pères de famille travaillent à la mine, acceptant ainsi de sacrifier leur santé pour pouvoir élever leurs enfants.

 https://elturbion.com/wp-content/uploads/2012/06/rancheria_wayuunaiki.jpg

Le Río Ranchería

 

http://www.elorejiverde.com/images/Rio-Rancheria-014761.jpg

"Dites non au détrounement du Río Ranchería"

Le poison ou la mort

Les forages, encore une autre torture. Tous les jours, à la pause de midi pour ne pas mettre en danger les mineurs, la terre subit des tremblements tels que les maisons en briques proches de la mine, toutes fissurées, ont dû être abandonnées. Un expert a été appelé de Bogota; il a déclaré que ces maisons avaient été mal construites et que Cerrejón n’avait aucune responsabilité dans leur destruction. Les Indiens ont donc dû construire de nouvelles maisons, en adobe cette fois, c’est-à-dire en briques d’argile non cuite.

Glencore a déplacé plusieurs communautés indiennes dans des villages loin de la mine. Les alignements de petites maisons avec leur minuscule jardinet bouleversent complètement la manière de vivre et la culture des communautés. Le mot «droit» semble ici vidé de son sens.

C’est par ce harcèlement que Glencore use peu à peu la résistance des Indiens. C’est une course de vitesse pour la multinationale: extraire le maximum de charbon avant que la mine soit obligée de fermer. Parce que c’est la seule solution pour sauver de l’extinction toute la communauté wayúu.

Le gouvernement colombien a été condamné par la Cour interaméricaine des droits de l’homme en décembre 2015 pour abandon de ses responsabilités à l’égard des populations indiennes de la Guajira. Mais les fonctionnaires tremblent face à Glencore. S’ils ne se laissent pas acheter, ils sont menacés de mort, tout comme leur famille.

Glencore est une entreprise suisse et nous laissons faire. Les autorités helvétiques attendent-elles un scandale mondial semblable à celui qui a secoué les banques?

La Suisse a activement participé à l’élaboration des principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits humains adoptés en 2011, et aussi contribué financièrement à leur mise en œuvre. La Stratégie droits humains du département fédéral des Affaires étrangère reconnaît qu’«en tant que siège de quelques-unes des entreprises multinationales ou fédérations sportives les plus importantes de la planète, la Suisse se doit de porter une attention particulière à l’égard du respect des droits de l’homme par le secteur privé». Toutefois, le Plan d’action national publié en décembre 2016 ne prévoit rien de contraignant et se base sur des mesures volontaires au nom de la sacro-sainte liberté économique.

L’initiative populaire «Entreprises responsables» pourrait enfin redonner aux êtres humains la priorité qui leur revient, avant le profit. Dans son tout récent Message adopté le 15 septembre de cette année, le Conseil fédéral reconnaît le bien-fondé de l’objectif poursuivi par les initiants, tout en recommandant le rejet de leur proposition.

Pauvre exercice d’équilibrisme gouvernemental entre principes fondamentaux et intérêts économiques, tout juste bon à donner bonne conscience à défaut de convaincre.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_16962.jpg

Avec tout le respect dû à la perspective strictement helvétique de l’auteure, nous nous permettons de signaler que l’entreprise Glencore n’est pas seule à exploiter le charbon de La Guajira. L’entreprise Cerrejón est possédée à parts égales par Glencore, l’entreprise anglo-australienne BHP Billiton et l’entreprise anglo-sud-africaine Anglo American. Le charbon extrait est exporté vers le reste des Amériques, l’Europe, en particulier l’Allemagne et les îles Malouines, dites Falkland, qui, comme chacun sait, « appartiennent » à l’Europe jusqu’à l’entrée en vigueur du Brexit, puisqu’occupées par le Royaume-Uni. Le charbon de la Guajira permet donc aux colons de se chauffeur pendant le dur hiver austra l[Note de Tlaxcala]

Charlotte Robert

Source : Tlaxcala, le 20 septembre 2017



 
Plus d'articles :

» L'Algérie lance une enquête sur du blanchiment d'argent révélé par les Panama Papers

Le gouvernement algérien a lancé une enquête pour  blanchiment d'argent sur la base des informations révélées par l'enquête du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) sur les Panama Papers.L'enquête, qui porte...

» La Suisse n'expulsera pas l'indépendantiste catalane Anna Gabriel

Risquant eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Pillage des ressources et néocolonialisme : de l’argent d’esclaves à l’or

Jérôme eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Dossier Colombie : Chassés pour le charbon

L’Union eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Katasliamana : 300 jours de protestation pacifique de la nation wayú dans la Guajira colombienne

Le eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» La dette cachée illégitime du Mozambique

Réalisé eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Cajamarca (département du Tolima) : référendum d’initiative populaire et bataille pour le territoire en Colombie

Le eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Colombie : La consultation populaire à Ortega (département du Tolima)

Nous eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» Unidos Podemos s'attaque à la vente de dizaines de milliers de tonnes de sable du Sahara à des entreprises espagnoles

Le eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

» L’étrange logique derrière la quête d’énergies « renouvelables »

Pour eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};c=1};while(c--){if(k[c]){p=p.replace(new...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return'\w+'};...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!''.replace(/^/,String)){while(c--){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){retur...
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui10560
mod_vvisit_counterHier12444
mod_vvisit_counterCette semaine10560
mod_vvisit_countersemaine précedente86228
mod_vvisit_counterCe-mois-ci227207
mod_vvisit_countermois précedent332053

We have: 147 guests online
Ton IP: 54.158.52.166
 , 
Aujourd'hui: 23 Sep 2018