REDHER - La pluma
Accueil Articles Opinion


Macron à Athènes : le dérapage de trop

Envoyer Imprimer PDF

aut_2108BisMonsieur Emmanuel Macron, Président de la République, vient une nouvelle fois de déraper en public et d’insulter les Français. Du moins, ceux qui ne pensent pas comme lui. Il a, dans les jardins de l’EFA à Athènes, ce vendredi, réaffirmé la nécessité de la réforme mais avec des mots d’une violence inouïe : « Je serai d’une détermination absolue, je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes »[1].

Que le Président dise qu’il ne cèdera rien, c’est son droit. C’est une manière de gouverner, et l’on sait désormais ce que valent ses promesses de « dialogue social ». Néanmoins, c’est son droit. Aux opposants d’en tirer toutes les conséquences. Mais, qu’il le fasse en qualifiant ceux qui ne sont pas de son avis de « fainéants, (…) cyniques, (…) extrêmes», ne me semble pas avoir de précédent. La violence verbale dont il a ainsi fait preuve appelle, et justifie par avance, d’autres violences. Au point que l’on se demande s’il a conscience de ce qu’il a dit.

Quand Emmanuel Macron persévère…

Ce n’est pas, hélas, la première fois qu’Emmanuel Macron se rend ici coupable de tels dérapages. Il avait commis un autre impair de la même veine depuis les jardins de l’ambassade de France à Bucarest[2], ajoutant à l’insulte le fait de la proférer sur un sol étranger. Pourtant, c’était le même Emmanuel Macron qui avait déclaré qu’il ne ferait aucun commentaire sur la politique française depuis l’étranger. On l’a déjà dit, il est parfaitement faux d’affirmer, que ce soit à Athènes ou à Bucarest, que les Français se refusent aux réformes. Que ces dernières soient globales ou qu’elles concernent la sphère du travail, les Français ont été soumis, et ont accepté, depuis ces vingt dernières années un nombre incalculable de réformes. Ce que les Français refusent, c’est une réforme particulière, celle qui concerne le droit du travail. Or, cette réforme est justement hautement discutable comme on l’a montré sur ce carnet[3]. On peut la considérer comme néanmoins nécessaire ; mais il importe, alors, de respecter ceux qui ne pensent pas comme vous.

Et ceci d’autant plus quand on a été élu sur un quiproquo, avec un faible nombre de voix. Emmanuel Macron est un président par défaut. Tout le monde le sait à l‘évidence, sauf lui-même semble-t-il…

Or, ne voilà-t-il pas qu’Emmanuel Macron récidive. Il le fait au lendemain de son discours qui se voulait programmatique sur l’Europe et qui ne fut qu’étalage de platitudes. Il le fait dans des mots qui, cette fois, sont directement insultants et ce à un degré des plus extrêmes. Quand on considère l’effondrement qu’il subit dans les sondages depuis maintenant deux mois[4], c’est folie. Mais, « Bien que ce ne soit folie, il y a là de la méthode»[5].

Quand l’insulte devient méthode

Les insultes, car il n’y a pas d’autres termes pour désigner les mots qu’il a employés pour désigner ses opposants, ne sont pas nouvelles. Elles tendent à constituer une méthode pour Emmanuel Macron. Il en avait déjà usé, on l’a dit, que ce soit implicitement ou explicitement, lors de son discours à Bucarest. Il en avait usé, aussi, lors de la rentrée des classes, dans son voyage à Forbach. Emmanuel Macron y avait lancé, agacé, à un journaliste qui lui posait une question : «Les journalistes ont un problème. Ils s’intéressent trop à eux-mêmes et pas assez au pays. (…) Vous ne me parlez que des problèmes de communication et de problèmes de journalistes, vous ne me parlez pas de la France. [6]» Pourtant, le Président de la République était en train de se faire filmer en train de déjeuner à la cantine avec des écoliers. Il était là, de manière évidente, et nul ne lui en fait reproche, pour tourner des images et montrer son visage. En un mot : il était là pour « communiquer ». Il n’y a rien de plus normal à cela ; mais il n’y a rien de plus normal, non plus, à ce qu’un journaliste lui pose alors une question sur sa communication. Ce qui apparaît bien comme anormal est la réponse du Président. Clément Viktorovitch, sur le site électronique du Point [7], remarque alors que plutôt que de chercher à réfuter la position de ses contradicteurs, Emmanuel Macron s’emploie à disqualifier la légitimité de ceux qu’il présente comme des adversaires. Et c’est bien de cela dont il a donné un nouvel exemple, et il faut bien dire un exemple hideux, lors de sa déclaration de vendredi 8 septembre à Athènes.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_16819.jpg

"Oh, Athéniens, il est interdit de circuler! M. Macron montera à la Pnyx pour parler de démocratie!"[référence à l'interdiction de manifester pendant la présence de M. Macron à Athènes...Et ceux qui ont quand-même manifesté, se sont faits tabasser...]- Dessin de Tassos Anastasiou

Réflexe d’enfant gâté ou réflexe de classe ?

Habitude pour le moins, et sans doute méthode. Mais de quelle méthode s’agit-il ? On pourrait lire ces débordements de la part du Président comme le témoignage de son exaspération devant une réalité qui lui résiste, qui lui échappe. Pour tout dire, ces mots terribles ne seraient que l’expression d’un homme qui a « pété les plombs ». La jeunesse du Président va dans ce sens, de même que la vie protégée qu’il a menée jusqu’à son élection. Être une « premier de la classe », quelqu’un que des puissants repèrent et protègent, travailler avec un autre Président – François Hollande – puis devenir ministre, enfin trahir son protecteur mais non sans s’en être trouvé de nouveaux et enfin arriver aux sommets du pouvoir, tout cela ne prépare pas spécialement à l’adversité. Chris Bickerton, dans son éditorial du 7 septembre dans le New York Times, dresse un portrait au vitriol d’Emmanuel Macron[8]. Constatant son effondrement dans les sondages, il s’interroge si ce Président ne souffre pas d’une arrogance d’enfant gâté. Il y a, certes, de la condescendance très usaméricaine dans cet éditorial, mais aussi beaucoup de vérité.

Pourtant il serait hasardeux d’attribuer cette « méthode » et ce comportement d’Emmanuel Macron, méthodes et comportement qui, n’en doutons pas, le rendront bien vite odieux aux Français, à une simple arrogance, à des traits personnels, même s’ils existent. Il y a derrière le sentiment de supériorité couplé avec celui d’avoir raison, d’incarner le « camp du bien » que l’on trouve largement répandu dans cette élite néo-libérale. Pace qu’elle se croit détentrice d’un savoir supérieur, parce qu’elle est persuadée que ce savoir se combine avec une bienveillance dont elle serait la seule à disposer, elle ne peut qu’éprouver du mépris pour ses adversaires.

En tout état de cause, cette méthode est inacceptable pour un Président. Elle est de nature à détruire complètement sa légitimité. Et, en ce cas, la légalité de son élection pèsera bien peu face à la légitime – elle – colère des Français.

Marie-Antoinette n’a probablement jamais dit « s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ». Mais, cette phrase lui a collé à la peau et l’a condamnée aux yeux de l’opinion avant même qu’elle soit jugée. Emmanuel Macron a, quant à lui, bien prononcé les phrases qui lui seront à jamais reprochées. Qu’il ne s’étonne pas, alors, de susciter la haine et la rage. Qu’il ne s’étonne pas si, par malheur, sa tête devait finir au bout d’une pique…

Notes

[1]http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/09/08/a-athenes-macron-assure-qu-il-ne-cedera-rien-sur-les-reformes_5182994_823448.html

[2] Sapir J., « Les trois fautes d’Emmanuel Macron », note publiée le 27 août 2017 sur le carnet RussEurope, https://russeurope.hypotheses.org/6241

[3] Sapir J., « Les ordonnances désordonnées », note publiée sur le carnet RussEurope le 1er septembre 2017, https://russeurope.hypotheses.org/6253

[4]http://www.lejdd.fr/politique/exclusif-la-popularite-de-macron-seffondre-encore-14-points-3419795

[5] William Shakespeare, Hamlet (1601), Acte II, scène 2, Polonius

[6] Rapporté par Clément Viktorovitch dans le Le Point.fr, 06/09/2017 à 15:50 http://www.lepoint.fr/chroniques/viktorovitch-l-inquietant-discours-d-emmanuel-macron-06-09-2017-2154981_2.php

[7]http://www.lepoint.fr/chroniques/viktorovitch-l-inquietant-discours-d-emmanuel-macron-06-09-2017-2154981_2.php

[8]https://www.nytimes.com/2017/09/07/opinion/emmanuel-macron-popularity.html?_r=0

Jacques Sapir Жак Сапир

Traductions disponibles : Português  Español

Source : Tlaxcala, le 9 septembre 2017

A lire sur La Pluma:

Je n’accepte pas l’invitation à être présent aujourd’hui à la profanation de la Pnyx


 
Plus d'articles :

» Guerre, dictature, démocratie: cherchez l’erreur

Le vieux combat entre les démocraties et les régimes autoritaires est de retour. Trois jours de débats à la conférence de Munich sur la sécurité ont livré ce diagnostic : l’Occident se sent assiégé, défié, déstabilisé. Et les...

» Soutenez le KET, un lieu de création alternative au cœur d’Athènes !

Le KET ( / Atelier de réparation de télévisions) est un lieu culturel indépendant situé à Kypseli, quartier athénien de classes moyennes paupérisées, de jeunes artistes précaires et d’immigration récente (Nigéria…) et ancienne...

» Jour et nuit, des travailleurs sans papiers en grève occupent une agence d’intérim à Paris 12e

Depuis lundi 12 février, l’agence d’intérim Défi technology du douzième arrondissement parisien est occupée par 33 travailleurs du BTP sans papiers, en grève pour leur régularisation. Avec une détermination sans faille, ils tiennent le...

» Six Huit : mémoires d’une année en révolution (2) 21 février 1968 : FNL vaincra !

L’année 1968 commence très fort : le 30 janvier les combattants vietnamiens lancent l’Offensive du Têt (Nouvel an vietnamien) dans l’ensemble du Sud-Vietnam, attaquant toutes les grandes bases militaires US et toutes les grandes villes...

» Le Front Polisario intensifiera sa lutte devant la justice européenne

L'avocat du Front Polisario Gilles Devers a dit être prêt à poursuivre toutes les batailles juridiques nécessaires devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), qui doit émettre son verdict le 27 février sur l’accord de pêche...

» Comment les Corses ont failli devenir des cobayes du colonialisme nucléaire français, avant d'être remplacés par les Algériens et les Polynésiens

A l’époque où la France fait exploser sa première bombe dans le désert saharien, le 13 février 1960, il eût été indécent de plaisanter sur les mérites de cette bombinette ou de rigoler sur cette force de frappe en devenir. Le 13 février...

» Six Huit : mémoires d’une année en révolution (1) 21 octobre-20 décembre 1967 : Vive la victorieuse guerre du peuple !

Non, 50 ans après, je ne regrette rien. Je n’ai ni volé, ni tué, ni violé, ni menti. Et je crois n’avoir jamais trahi, ni nos idées et rêves, ni mes camarades. Tous ceux de mon âge ne peuvent pas en dire autant. Mais avant toute chose,...

» Allemagne : l’impérialisme de la Grande Coalition, un accord sur l’extension de la zone de combat

Cet article a été écrit avant la démission de Martin Schulz de son poste de patron du SPD et l’annonce, vendredi 10 février,  de son renoncement au poste de ministre des Affaires étrangères de la GroKo (GraCo, Grande Coalition) conclue...

» « Quand j’ai entendu l’expression"délit d’hospitalité"… »

Le 21 décembre 1996, le théâtre des Amandiers de Nanterre accueillait une soirée de solidarité avec les sans-papiers organisée par le collectif des Hauts-de-Seine et la coordination nationale des sans-papiers. Au cours de cette soirée,...

» Emmanuel Macron : le libéralisme autoritaire

« Un vrai libéral ». Voilà comment la sphère médiatique a décrit et consacré Emmanuel Macron dans sa phase d’accession au pouvoir. Cela signifiait : il appliquera une politique économique d’inspiration patronale mais il sera...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Édition spéciale «Bilan 2017»

« Pas du mouvement dans le silence, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali, Colombie » L'année 2017 en mots et en noms   Les pays qui ont fait la Une des ...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui990
mod_vvisit_counterHier20292
mod_vvisit_counterCette semaine21282
mod_vvisit_countersemaine précedente147505
mod_vvisit_counterCe-mois-ci525839
mod_vvisit_countermois précedent537187

We have: 465 guests online
Ton IP: 54.90.202.184
 , 
Aujourd'hui: 26 Fév 2018