REDHER - La pluma


Venezuela: L’opposition sort groggy du scrutin

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Pierre_BarbanceyBisLes appels à manifester ne sont pas suivis. En résidence surveillée, Leopoldo Lopez a été placé en détention.

Tout se passe au Venezuela comme si l’opposition avait été prise de court. Peut-être dopée par l’écho démesuré fait par les médias internationaux aux manifestations organisées depuis plusieurs mois contre le pouvoir, la droite n’a pas pensé un seul instant que plus de 8 millions de Vénézuéliens allaient se déplacer pour participer à l’élection de l’Assemblée nationale constituante (ANC).

41,5 %, alors que l’opposition appelait au boycott, c’est, dans n’importe quel pays du monde, une légitimité. Même Michael Shifter, président du cercle de réflexion Dialogue interaméricain, basé à Washington, abondamment cité par l’Agence France Presse (AFP) ces dernières semaines comme une voix autorisée, est inquiet. C’est dire ! Il a assuré que certains secteurs de l’opposition « sont démoralisés » après le vote et que le principal défi de ses dirigeants « sera de maintenir les protestations ». Lundi, bien qu’un appel ait été lancé, Caracas était effectivement calme. Même les quartiers est de la ville, à Miranda, avaient retrouvé une certaine sérénité.

opposant

Les États-Unis, principaux soutiens de la droite, ont également semblé ébranlés. La veille du scrutin, Washington parlait de sanctions économiques nouvelles contre le Venezuela. « Les élections illégitimes d’hier confirment que Maduro est un dictateur qui méprise la volonté du peuple vénézuélien », tonnait, lundi, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin. Mais il se bornait à annoncer le « gel » de « tous les avoirs » que posséderait le président vénézuélien aux États-Unis. Histoire de faire croire que Maduro planquerait son magot chez les Yankees alors qu’il tuerait son peuple à petit feu. Une vieille pratique déjà utilisée contre l’actuel vice-président du Venezuela, Tareck El Aissami, qu’il avait dénoncée – parce qu’il ne possède pas un centime en dehors du pays – dans une pleine page du New York Times !

Hier, les deux principaux dirigeants de l’opposition, Leopoldo Lopez, fondateur du parti Voluntad Popular (voir notre article : Leopoldo Lopez, un délinquant de première, soutenu par Washington), et le maire de Caracas, Antonio Ledezma, qui étaient tous deux en résidence surveillée, ont été placés en détention. « Nous avons reçu des informations des services de renseignement qui faisaient état d’un plan d’évasion », a indiqué la Cour suprême dans un communiqué où il est également précisé que les deux opposants n’ont pas respecté leurs « conditions de détention » à domicile, interdisant tout « prosélytisme politique ».

Leopoldo Lopez, un délinquant de première, soutenu par Washington

C’est l’une des figures de l’opposition et l’homme clé de la stratégie américaine. Son parcours : violence, détournement et tentative de coup d’État.

À la veille du scrutin vénézuélien, le vice-président américain, Mike Pence, s’est fendu d’un appel téléphonique à Leopoldo Lopez, l’une des figures de l’opposition, pour le féliciter de « son courage et sa défense de la démocratie vénézuélienne ». Mais qui est Lopez ? Une gueule de Brad Pitt latino ou un Delon aux traits gras, comme on voudra, genre voyou beau gosse. Ce qu’il semble effectivement être, son CV comportant des accusations de corruption, de coups, d’incitation à la violence, et même de tentative de coup d’État. Déclaré coupable par la procureure générale de l’époque, Luisa Ortega, en 2014, il a écopé, en 2015, d’une condamnation à treize ans et neuf mois de détention, et se trouve actuellement en résidence surveillée, extrait de sa prison récemment pour raisons de santé. Il a reçu le soutien de « démocrates » aussi célèbres que le Mexicain Felipe Calderon, dont la guerre de la drogue a fait 100 000 morts, ou le milliardaire chilien proche de Pinochet, Sebastian Pinera.

De droite, Leopoldo Lopez l’a toujours été. Et il aime l’argent. Né en 1971, diplômé aux États-Unis, il est rentré au Venezuela pour travailler, de 1996 à 1999, dans la compagnie pétrolière PDVSA, où il va se faire remarquer : une enquête conclut que Lopez a « volé de l’argent et a pratiqué le trafic d’influence », ce qui lui a permis de détourner de l’argent pour financer son mouvement. Il sera suspendu, mais peu lui importe. Il est vrai que sa position et ses idées politiques lui ont permis de rencontrer beaucoup de monde. Évidemment, avec l’élection de Chavez, il va s’affirmer comme l’un des fers de lance de l’opposition. À partir de 2002, il se rend souvent à Washington, où il rencontre la famille Bush et visite l’International Républican Institute (IRI), qui fait partie du National Endowment for Democracy (NED, dotation nationale pour la démocratie), qui va injecter des dizaines de millions de dollars dans les groupes d’opposition au Venezuela, dont celui de Lopez, Justice First (la justice d’abord, sic).

En 2002 toujours, Leopoldo Lopez fait partie de la marche de l’opposition venue s’affronter avec les partisans d’Hugo Chavez qui manifestaient devant le palais présidentiel de Miraflores. Une expédition punitive, préméditée, qui se soldera par la mort de douzaines de personnes. Le but était de justifier le coup d’État et le kidnapping de Chavez. On ne s’étonnera donc pas de savoir que, de 2000 à 2008, Lopez a été le maire du riche quartier de Caracas, Chacao. L’un des quartiers les plus violents ces derniers jours pour s’opposer à l’élection de la Constituante.

 

Pierre Barbancey

Grand reporter, envoyé spécial à Caracas de L’Humanité

 

Source:  L'Humanité,le 2 août 2017

Photos de Leopoldo Lopez extraites de « La presse française lâchée par sa source ? » https://venezuelainfos.wordpress.com/2015/08/04/venezuela-la-presse-francaise-lachee-par-sa-source/

Leopoldo

 

Avec la crème de l'extrême droite et du patronat, lors du coup d'État contre le président Chávez en avril 2002

Avec la crème de l’extrême droite et du patronat, lors du coup d’État appuyé par les télévisions privées contre le président Chávez en avril 2002

 

Le leader de la droite vénézuélienne Leopoldo Lopez et son principal soutien régional : l’ex-président colombien Alvaro Uribe. Bogota, décembre 2011.

Avec son principal soutien régional : l’ex-président colombien Alvaro Uribe, lié aux mafias du narcotrafic, organisateur du paramilitarisme et responsable de multiples crimes contre l’humanité . Bogota, décembre 2011

 

Il y a quelques jours, dans la zone haute de la Comuna 13, ont comencé les exhumations de la décharge transformée en cimetière clandestin en 2002, après que l’armée, sur ordre du président Álvaro Uribe, a déclenché l’Opération Orión, pour « pacifier » la zone et en a confié le contrôle aux paramilitaires du « Bloque Cacique Nutibara »

C’est en août 2015, dans la décharge d’immondices de la Comuna 13, qu’ont commencé les exhumations d’une des nombreux cimetières clandestins de l’ère Uribe. Cette fosse commune qui s’étend sur quinze hectares date de 2002, après que l’armée, sur ordre du président Álvaro Uribe, déclencha l’Opération Orión, pour « pacifier » la zone, et en confia le contrôle aux paramilitaires. Un nouvel espoir de traduire enfin en justice l’ex-président colombien ?

 

CMTJsFjWsAAR3rG

Maria Corina Machado, Leopoldo López avec José Pérez Venta (cerclé), militant de la droite étudiante formé par les paramilitaires colombiens et qui organisa pour les médias occidentaux la “révolte populaire contre le gouvernement” en 2014.  Perez Venta, formé par les paramilitaires colombiens,  a été arrêté le 11 août 2015 pour avoir violé, torturé et dépecé Lilian Hergueta, sur ordre d’un dirigeant  dénoncé par celle-ci dans le cadre d’une escroquerie aux dollars  (Voir: http://www.ultimasnoticias.com.ve/noticias/actualidad/sucesos/detenidos-sospechosos-de-crimen-de-liana-hergueta.aspx#ixzz3ijsRXYk0)

 

Leopoldo López et Pérez Venta

Leopoldo López et Pérez Venta

 

CMYQrZ6WwAAMWt-

Le paramilitaire dépeceur en compagnie d’autres leaders de droite/extrême droite (Henrique Capriles Radonski, María Corina Machado, Antonio Ledezma, etc.)

Leopoldo López en compagnie d'un autre étudiant d'extrême droite Lorent Saleh, présenté par les médias comme comme un “leader étudiant de la lutte pour la démocratie”. Celui-ci a été expulsé de Colombie le 4 septembre 2014 par le gouvernement Santos, alors qu’il y perfectionnait sa formation paramilitaire. Plusieurs vidéos le montrent durant ces cours se réjouir de l’appui des médias internationaux à “l’Opération Liberté” et de rentrer bientôt au Venezuela muni d’un arsenal renforcé et appuyé par un personnel plus nombreux et mieux formé : “nous allons commencer par descendre vingt macchabées en 48 heures à Caracas, pour neutraliser les collectifs”.

Leopoldo López en compagnie d’un autre étudiant d’extrême droite Lorent Saleh, présenté par les médias comme un “leader étudiant de la lutte pour la démocratie”. Celui-ci a été expulsé de Colombie le 4 septembre 2014 par le gouvernement Santos, alors qu’il y perfectionnait sa formation paramilitaire. Plusieurs vidéos le montrent durant ces cours se réjouir de l’appui des médias internationaux à “l’Opération Liberté” et de rentrer bientôt au Venezuela muni d’un arsenal renforcé et appuyé par un personnel plus nombreux et mieux formé : “nous allons commencer par descendre vingt macchabées en 48 heures à Caracas, pour neutraliser les collectifs”. Voir: https://www.youtube.com/watch?v=mssSTguxtm4

Source : Venezuela Infos, le 2 août 2017

A lire sur La Pluma:

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

 



 

 
Plus d'articles :

» De Facebook à Policebook

Mercredi, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a publié une déclaration sur des plans extraordinaires de la société de médias sociaux pour surveiller tous les affichages et messages de ses utilisateurs, pour censurer le journalisme indépendant...

» Syrie : un menteur nommé Macron

C’est devenu une habitude : le godelureau de l’Elysée fait le paon au château de Versailles. Brasseur d’air inusable, le freluquet fait des phrases, il pérore dans le vide. Comme un télévangéliste, il brandit de grands mots tout en...

» La guerre commerciale : ce n'est pas le commerce, c'est la guerre

La logique historique veut que les pays, en particulier les grandes puissances économiques, ne procèdent pas à des changements politiques spectaculaires à moins qu'il n'y ait une crise en cours dont ils veulent désespérément sortir ou qu'un...

» La drôle de guéguerre commerciale de Donald

Des sueurs froides parcourent l’échine d'Angela Merkel. La guerre commerciale lancée par Donald Trump pourrait affecter l'Allemagne, très instable. Vu les raisons alléguées par Donald pour déclarer la guerre, USA  pourraient la...

» Le bluff pétrolier de Trump contre l'Iran vient des décennies trop tard

Trump utilise tout ce qu’il peut pour mener une guerre économique contre l’Iran. Son problème est que « tout ce qu’il peut » est loin d’être suffisant, car le monopole virtuel des USA s’est évaporé depuis longtemps.La...

» L'accord final proposé par Jared Kushner pour la Palestine dépouillerait son peuple de toute dignité

Après trois guerres israélo-arabes, des dizaines de milliers de morts palestiniens et des millions de réfugiés, Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens se contenteront de cash ?N’y aura-t-il pas de fin à d’humiliation des...

» Qui a trahi le camp de la paix en Colombie ?

Voir en fin d’article l’intégralité des résultats des élections 2018Comme cela est encore proche, comme cela semble déjà loin… Le 15 juin 2014, au terme du second tour de l’élection présidentielle, Juan Manuel Santos était réélu...

» Les 12 commandements des USA à l’Iran :Il n’y manque que " En l’Évangile tu croiras!"

« Nous les écraserons », « nous ne permettrons pas que... », ou « Le régime iranien doit savoir que ce n’est que le commencement », tels sont les termes et le ton utilisés le 21 mai par Mark Pompeo,...

» Des déserteurs sur les barricades : les GI US anti-guerre dans le Paris de Mai 1968

Max Watts (Tomi Schwätzer, 1928-2010) a fui les nazis à Vienne avec ses parents et sa sœur en 1938, et quitté les USA pour éviter d’avoir à se battre en Corée au début des années 1950. À  Paris dans les années 1960, il a servi de...

» Guerre économique ou «guerre absolue»

Dans le texte précédent « Impérialisme contre super-impérialisme [] », nous avons soutenu que, en désindustrialisant le pays, le super-impérialisme étasunien avait affaibli la puissance des USA en tant que nation. Le projet...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

 

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1555
mod_vvisit_counterHier14865
mod_vvisit_counterCette semaine67223
mod_vvisit_countersemaine précedente98905
mod_vvisit_counterCe-mois-ci291254
mod_vvisit_countermois précedent485122

We have: 89 guests online
Ton IP: 54.80.7.173
 , 
Aujourd'hui: 19 Juil 2018