REDHER - La pluma
Accueil Articles Politique Amérique latine


La révolution citoyenne en Équateur et la nouvelle conjoncture latino-américaine. Entretien avec Christophe Ventura

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

IRISBis

Quel bilan actuel dressez-vous de la révolution citoyenne en Equateur ? Sa dynamique est-elle la même qu’à ses débuts ou peut-on parler d’un essoufflement ?

Le bilan de la révolution citoyenne en Equateur doit être analysé à plusieurs niveaux.

Premièrement, il faut observer les changements qui ont eu cours dans ce pays ces neuf dernières années, depuis la première élection de Rafael Correa en 2006. L’Equateur a d’une part changé sur le plan économique et social, en s’attaquant à ses deux principaux problèmes qu’étaient la pauvreté et les inégalités sociales. De ce point de vue, les politiques d’investissements publics du gouvernement de la révolution citoyenne et de redistribution des richesses ont porté leurs fruits dans un contexte où le pays bénéficiait d’une embellie de ses exportations sur les marchés mondiaux, en particulier vers la Chine.

Ainsi, le Fonds monétaire international (FMI) reconnaît par exemple qu’entre 2006 et 2014, la pauvreté est tombée de 38% à 22,5% de la population Quant à lui, l’indice Gini (qui mesure les inégalités sociales) est passé de 0,54 à 0,47 (plus vous allez vers 0 et plus vous tendez vers l’égalité).

Après la dislocation de la société engendrée par les politiques néolibérales des années 1990, le pays s’est largement équipé en infrastructures nouvelles et performantes, notamment en matière de transport, d’énergie, de communication, etc. Rafael Correa a indéniablement permis la modernisation de l’Equateur. Le pays a également fait d’énormes progrès en matière d’éducation, de santé, de mise en place de système de protection sociale et de droits sociaux.
De nombreux pays latino-américains ont un problème avec leur structure fiscale avec peu d’impôts progressifs mais davantage d’impôts indirects qui pèsent directement sur les individus et les ménages. L’Equateur est l’un des pays qui a le plus développé et abouti une réforme fiscale qui a permis de mettre en place des systèmes progressifs stables et efficaces pour assurer à l’Etat des ressources.

Sur le plan économique, le pays a diversifié ses partenariats au niveau mondial, a su attirer vers lui des investissements dans les années 2000-2010, notamment des pays émergents comme la Chine, l’Inde ou la Corée du Sud.

Sur le plan démocratique et politique, le pays a procédé à la refonte de sa constitution par voie d’assemblée constituante, mis en place la reconnaissance d’une série de droits sociaux collectifs et individuels tout à fait inédits (droit à la santé, à l’éducation, reconnaissance des statuts pour les Indiens). C’est un pays qui a restructuré son Etat et qui l’a décentralisé. Cela a permis que parmi les 1,5 millions d’Equatoriens qui avaient émigré dans les années 1990 - en particulier entre la fin des années 1990 et 2003, au plus fort de la crise économique qui avait saccagé le pays avant l’arrivée de Correa –, beaucoup sont revenus vivre dans leur pays d’origine. C’est un élément intéressant à l’heure où la question migratoire est très présente dans nos débats publics. En quelques sortes, les « exilés du libéralisme » sont revenus dans leur pays comme le disait le ministre de la culture et du patrimoine Équatorien Guillaume Long, récemment invité par l’Iris lors d’une rencontre à Paris.

Illustration: MCPEEC

Les limites de la révolution citoyenne sont celles que rencontrent nombre de pays latino-américains actuellement. La crise économique de 2008 et ses conséquences sur l’Amérique latine nous rappellent les fragilités du modèle de développement de l’Equateur et plus généralement des pays latino-américains. Aujourd’hui, ces pays souffrent d’une contraction de leurs économies, d’un ralentissement voire de situations de récessions importantes. L’Equateur conserve une croissance parmi les plus stables en Amérique du Sud, mais il se retrouve confronté, à l’instar de ses voisins, à la fois à la baisse de la demande mondiale de matières premières et de leurs cours et à une raréfaction des ressources sur lesquelles le pays peut compter. Il se retrouve aujourd’hui avec moins de ressources pour développer et mener à bien les politiques qu’il déployait jusqu’à présent. On assiste à un ralentissement des politiques que le pays voulait mettre en place à long terme, notamment en matière d’éducation et de formation d’une main d’œuvre qualifiée, qui pourrait lui permettre de diversifier son modèle économique. Le chômage et le travail informel augmentent de nouveau. En conclusion, l’Equateur se retrouve aujourd’hui en difficulté, plus qu’il ne l’a jamais été depuis l’accession au pouvoir de Rafael Correa.

Les gouvernements progressistes semblent en perte de vitesse dans les différents pays de la région. Comment se positionne l’Equateur dans cette recomposition politique ?

L’Equateur est l’un des pays qui, avec la Bolivie, souffre le moins de ce retournement économique. La situation de l’Equateur est en effet différente de celle du Venezuela, du Brésil ou de l’Argentine. Il conserve sa stabilité dans un contexte de plus en plus instable. Des élections vont se tenir en 2017 et certains signaux indiquent que les choses seront plus compliquées. Un certain nombre de scrutins d’élections locales ont donné des victoires à l’opposition politique de monsieur Correa, en particulier dans les villes qui sont les poumons économiques et politiques. C’est une alerte pour le camp du président. Ce dernier est confronté à tous les problèmes évoqués précédemment qui induisent des manifestations politiques. En Equateur, comme ailleurs, les politiques des années précédentes ont permis l’émergence ou le renforcement d’une classe moyenne qui aujourd’hui se montre davantage critique par rapport à son gouvernement. Elle exige un accès toujours plus important à la consommation et à la mobilité sociale dans un moment où le gouvernement a plus de mal à répondre à cette demande. Ce gouvernement est également sous le feu de la critique de plusieurs secteurs de gauche et indigènes qui lui reprochent de ne pas avoir modifié la matrice du modèle de développement économique, selon eux destructeurs pour l’environnement et les générations futures, et de se montrer autoritaire contre la contestation sociale.

Pour l’Equateur, l’avenir est incertain car Rafael Correa a indiqué qu’il ne se représenterait pas à l’élection de 2017. Dans un pays où la personnalité de Correa a porté la vie politique de ces dix dernières années, la question sera posée de savoir s’il est possible d’avoir un renouvellement, avec des personnalités politiques qui émergent et qui permettent de conserver un leadership et une autorité suffisante pour que cette famille politique réunie autour de Rafael Correa conserve le pouvoir politique à partir de l’année prochaine. Il s’agit d’une question ouverte qui n’a actuellement pas de réponse. Aujourd’hui, le camp présidentiel conserve une majorité d’opinion favorable pour l’élection de 2017.

Au vu des changements politiques en cours en Amérique du Sud, quelles sont les perspectives de l’Equateur et les grands défis à relever dans les temps à venir ?

Les défis sont multiples. Le premier réside dans le fait de s’autonomiser face à la dépendance aux marchés internationaux, aux exportations de matières premières. Il faut savoir que l’Equateur exporte principalement des bananes, des crevettes et du pétrole. Le défi est de développer une économie de la connaissance qui produise davantage de valeur ajoutée et qui soit plus autocentrée pour ses besoins. Ce défi est d’ailleurs celui de tous les pays latino-américains. Par ailleurs, le pays doit conserver ce qu’il a acquis depuis l’arrivée de Correa, c’est-à-dire sa stabilité démocratique et politique. C’est en effet le pays qui a connu le plus d’instabilité politique dans le cycle précédent avec une succession de gouvernements qui ne terminaient pas leur mandat, des crises sociales et des convulsions politiques permanentes. Dans un pays où aujourd’hui se repolarise la vie politique entre la droite équatorienne et ce gouvernement, son défi va être de conserver sa stabilité dans un contexte de turbulence économique qui va lui poser des problèmes à court et long terme s’il n’arrive pas à développer cette autonomie nécessaire. Le grand défi commun entre l’Equateur et les pays de la région est ainsi une plus grande intégration régionale et certainement la construction d’un marché intérieur latino-américain qui leur permettrait de pouvoir partiellement se libérer des chocs de l’économie mondiale.

Source : IRIS, le 22 février 2016


 
Plus d'articles :

» Conflit entre États latinoaméricains et entreprises transnationales

Les défis de la région face à des traités d’investissement asymétriquesLes positions politiques et les législations relatives à l’investissement étranger se sont polarisées en deux points de vue opposés. D’une part, l’un suppose...

» Brésil: la grande désillusion

Les Brésiliens iront aux urnes cet automne pour la première fois depuis la destitution de la présidente Dilma Rousseff en 2016.Violence endémique, économie instable et inégalitaire, prolifération de groupes de trafiquants, les enjeux...

» La voix dissonante du Forum de São Paulo

La 24e édition du Forum de São Paulo (FSP), rencontre qui rassemble les partis et mouvements progressistes de l’Amérique latine et de la Caraïbe, s’est tenue à La Havane du 15 au 17 juillet. Fondé en 1990 par le président cubain Fidel...

» Nicaragua : aujourd’hui, c’est hier, au multiple

Après plus de deux mois de fauchage de vies, le compte est de près de 300 tués, abattus par des tireurs d'élite, exécutés d'un coup de feu dans la nuque, fusillés par des paramilitaires. Et les blessés atteignent 1500. L'après-midi du 23...

» Au Salvador, montée en puissance d’un nouveau mouvement social contre la privatisation de l’eau

À peine six semaines ont passé depuis que la nouvelle Assemblée législative, dominée par la droite, est entrée en fonction. Mais, déjà, de récents accrocs entre forces de l’ordre et étudiants s’opposant à la potentielle privatisation...

» À Bogota, l'éboueur devenu «seigneur des livres»

José Alberto Gutierrez a passé vingt ans de sa vie à remplir 450 bibliothèques avec 50.000 ouvrages récupérés dans des poubelles.«Le jour où j'aurai rempli la Colombie de livres, je me sentirai comme Ulysse après avoir sauvé Pénélope et...

» Le Brésil en grève : les camionneurs et les ouvriers du pétrole ne marchent plus

La plus grande économie d’Amérique latine – le Brésil – est au bord de la faillite. Les camionneurs et les ouvriers du pétrole ne sont pas au travail. Les premiers ont fait une grève de dix jours, tandis que les seconds font une grève de...

» Les escadrons de la mort continuent d'agir impunément en Colombie, tandis que que les USA se voilent la face

Presque quotidiennement, nous sommes bombardés par des « informations » sur des problèmes au Venezuela. Et de fait, problèmes il y a, par exemple des pénuries de nourriture et de médicaments, et une inflation galopante. Mais quelque...

» Les femmes zapatistes, rebelles par excellence

Dans les montagnes du sud-est du Mexique, les femmes zapatistes mènent leur propre lutte. Deux d’entre elles, appartenant à des générations différentes, partagent un bout de leur histoire. Leurs récits montrent les progrès vers...

» 2018: La contre-révolution libérale règne à Quito

Deux arguments qui ont contribué, au niveau mondial, à montrer sous un jour positif la « Révolution Citoyenne » en Équateur, ont été  les décisions du président Rafael Correa et de son gouvernement d’octroyer l’asile...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Gracias, pero con Cialis soft intentaron sin embargo, lo que los medicamentos como el Viagra comprar-cialis.net

Les dossiers brûlants d'actualité

 

Éditorial La Pluma n ° 1: À tou.tes

Nous avons des ennemis. Certains d'entre eux ont tenté de faire disparaître notre site le 27 mars. Cette attaque malveillante a été rejetée par nos fournisseurs de serveur. Nul doute que ces enne...

 

Venezuela: la parole au Pouvoir constituant originel, le peuple !

« Dans le silence pas du mouvement, notre cri est pour la liberté » Graffiti quartier San Antonio, Cali , Colombie » La Pluma.net apporte son appui inconditionnel à la Révolution boli...

 Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves

Il existe dans le cœur de l'Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d'exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans... Lire / Signer manifeste
Uno Levitra Professional es de los MEDICAMENTOS mas Comunes comprar levitra en-linea

Compteur des visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui9939
mod_vvisit_counterHier40148
mod_vvisit_counterCette semaine50087
mod_vvisit_countersemaine précedente143061
mod_vvisit_counterCe-mois-ci275353
mod_vvisit_countermois précedent467347

We have: 485 guests online
Ton IP: 54.225.57.230
 , 
Aujourd'hui: 20 Auo 2018